Votre navigateur n'est pas supporté sur ce site.Afin de profiter d'une navigation optimale, veuillez utiliser l'un des navigateurs suivants :
Mézières en 1883

Histoire de la ville

Du Moyen-Âge à nos jours, décou­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vrez la riche et passion­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nante histoire de Char­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ville-Mézières. L’his­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­toire de cette cité aux multiples facettes n’a cessé de s’écrire au fil des siècles, faisant de Char­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ville-Mézières une ville au patri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­moine histo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rique et cultu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rel remarquable. 

Char­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ville et Mézières ont certes été rivales pendant des siècles, mais elles s’unissent désor­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mais en une ville double.

Notre histoire…

Place Ducale en 1899
Place Ducale en 1899
Signature de l'acte de la fusion le 1er octobre 1966
Place Ducale

Charleville-Mézières, une double naissance

Char­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ville-Mézières est une ville deux fois nouvelle : Char­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ville est une cité idéale créée par le prince Charles de Gonzague au début du XVIIème siècle, non loin de Mézières, ville commerçante pros­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­père qui s’était déve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lop­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pée au Moyen-Âge. Durant la Première Guerre mondiale, les Ardennes sont le seul dépar­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment à être entiè­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­re­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment occupé. Char­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ville et Mézières, réunies pour la première fois, sont le siège du Grand Quar­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tier géné­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ral alle­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mand et hébergent l’em­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pe­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­reur Guillaume II, sa cour et le Kron­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­prinz. La ville est refon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dée en 1965–66, avec la fusion des six communes lovées dans les boucles de la Meuse : Char­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ville, Mézières, Le Theux, Étion, Mohon et Montcy-Saint-Pierre. 

Mézières, ville stra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gique au creux de la Meuse 

La cité de Mézières se déve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­loppe à partir du Xème siècle sur l’an­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cienne voie romaine Reims-Cologne, au creux d’une boucle de la Meuse. La ville tire sa richesse du commerce entre les Flandres, la Cham­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pagne et la Bour­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gogne. 

En 1521 la ville est assié­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gée par les troupes de l’em­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pe­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­reur Charles Quint, suite à un diffé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rend avec Robert II de la Marck, prince de Sedan soutenu par le roi François Ier. La cité est sauvée par Pierre du Terrail, le cheva­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lier Bayard, dont l’aura empreinte de légende plane encore aujourd’­­­­­­­­­­­­­­­­­­­hui sur la ville. Le rôle stra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gique de Mézières dans la défense du royaume de France appa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­raît clai­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­re­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment et François Ier commande un plan de moder­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion des forti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions. À la fin du XVIème siècle, Mézières devient une ville de garni­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­son. Cette voca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion mili­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taire se confirme à travers les siècles : le 3e régi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment du génie est installé à Mézières depuis 1947. 

La ville profite certes de l’es­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sor indus­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­triel au XIXème siècle, mais les bombar­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­de­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ments s’abattent sur Mézières lors des guerres de 1815, 1870, 1914–18 et 1939–45. La ville se recons­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­truit après 1918 sur de nouvelles bases. Aujourd’­­­­­­­­­­­­­­­­­­­hui, le carac­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tère hérité du Moyen-Âge et de la Renais­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sance, autour de la Basi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lique, est encore percep­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tible et coha­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­bite avec les quar­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tiers Art Déco issus de la Recons­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­truc­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion.

Place Ducale
Place Ducale

Le label « Ville d'art et d'histoire »

Le label « Ville d’art et d’his­­­­­­­­­­­­­­­­­­­toire » a été décerné à la Ville par le Minis­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tère de la Culture et de la Commu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion en 2013, après avis du Conseil natio­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nal des Villes et Pays d’art et d’his­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­toire. Ce label recon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­naît la valeur histo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rique et artis­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tique excep­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nelle portée par le patri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­moine de la cité. Il quali­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fie des terri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­toires qui s’en­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gagent dans une démarche active de connais­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sance, de conser­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­va­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion, de média­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion et de soutien à la qualité archi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rale et du cadre de vie. À proxi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mité, Sedan, Reims, Châlons-en-Cham­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pagne, Troyes, Langres, Amiens, Cambrai, Noyon, Laon, Sois­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sons, Metz et Bar-le-Duc béné­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cient de l’ap­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pel­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion Ville d’art et d’his­­­­­­­­­­­­­­­­­­­toire. 

Cet outil signe l’in­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ves­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tis­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment de la Ville pour la mise en valeur et le rayon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment du patri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­moine. Il orga­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nise de nombreuses actions pour permettre la (re)décou­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­verte des richesses archi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rales et patri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­niales de la Ville par ses habi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tants, jeunes et adultes, et par ses visi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­teurs avec le concours de guides-confé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ren­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ciers profes­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sion­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nels. Il vise à vous permettre de porter un nouveau regard sur la ville, par la program­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion des Jour­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nées du patri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­moine, la réali­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion de visites guidées, l’édi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion de guides de visite, la sensi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion des plus jeunes à l’his­­­­­­­­­­­­­­­­­­­toire et à l’ar­­­­­­­­­­­­­­­­­­­chi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ture de la cité…

Place Ducale

Charleville ou le rêve d'un prince

Char­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ville est une cité héri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tière de la Renais­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sance, dont l’his­­­­­­­­­­­­­­­­­­­toire ne débute qu’au XVIIème siècle. Charles de Gonzague, né en 1580, noble français par sa mère Henriette de Clèves-Nevers et italien par son père Ludo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vic (Louis) de Gonzague, est prince souve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rain d’un petit terri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­toire limi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­trophe au royaume de France, où ne s’élève qu’un petit bourg appelé Arches. 

Il décide en 1606 d’y fonder une cité qui portera son nom dès 1608 : Char­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ville. Le 6 mai 1606, il en pose symbo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lique­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment la première pierre. Pendant une ving­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taine d’an­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nées, il s’em­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ploie à faire sortir de terre sa ville idéale : la cité ration­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nel­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment orga­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sée autour de la Place Ducale, déroule ses pers­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tives de façades de briques et de pierres. Charles attire des arti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sans et des négo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ciants, implante des couvents catho­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­liques, et offre même l’asile. La ville rayonne aussi grâce à la créa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion de la Manu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fac­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ture royale d’armes, en 1688. Les descen­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dants de Charles et les édiles succes­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sifs ont remarqua­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ble­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment respecté sa pensée urba­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nis­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tique jusqu’au XIXème siècle, donnant au paysage urbain une grande harmo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nie. L’âge indus­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­triel est floris­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sant à Char­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ville, où les faubourgs voient se construire usines et belles villas des capi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taines d’in­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dus­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­trie. 

C’est là que naît Arthur Rimbaud le 20 octobre 1854 : bien qu’af­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­chant volon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tiers un mépris adoles­cent pour sa ville provin­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ciale et bour­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­geoise, le poète y écrit une grande partie de son œuvre et y revient auprès de sa mère entre deux évasions vers des ailleurs loin­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tains.

Portrait peint de Charles de Gonzague
Charles de Gonzague
Statue de Gonzague
Statue de Gonzague
Fontaine de la Place Ducale en 1897
Fontaine de la Place Ducale en 1897
Rue du Moulin
Rue du Moulin
Rue Monge
Rue Monge
Gare de Charleville
Gare de Charleville
Place Ducale au printemps
Place Ducale au printemps
Préfecture
Préfecture
Place Ducale la nuit
Place Ducale la nuit
Basilique Notre Dame d'espérance
Basilique Notre Dame d'espérance
Place Ducale
Place Ducale
Arthur Rimbaud
Arthur Rimbaud