Votre navigateur n'est pas supporté sur ce site.Afin de profiter d'une navigation optimale, veuillez utiliser l'un des navigateurs suivants :
Schéma des mobilités

Vers un schéma des mobilités participatif et durable

L’ac­­­­­­­­­­­­­­tuel plan de circu­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­tion de notre ville, concocté en 1972, est inadapté face aux profondes modi­­­­­­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­tions de nos modes de dépla­­­­­­­­­­­­­­ce­­­­­­­­­­­­­­ment enre­­­­­­­­­­­­­­gis­­­­­­­­­­­­­­trées ces 50 dernières années. La Ville propose à tous ses usagers de conce­­­­­­­­­­­­­­voir ensemble notre nouveau schéma des mobi­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­tés. Ce dernier devra rendre notre ville fluide et accueillante quels que soient nos moyens de loco­­­­­­­­­­­­­­mo­­­­­­­­­­­­­­tion, tout en veillant à réduire notre empreinte carbone. Cette démarche parti­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­­tive se clôtu­­­­­­­­­­­­­­rera par un réfé­­­­­­­­­­­­­­ren­­­­­­­­­­­­­­dum local.

Donnez votre avis sur https://charleville.consultvox.co

Actu : Schéma des mobilités participatif et durable
Actu : Schéma des mobilités participatif et durable
Carrefour rue Noël
Circulation

Pourquoi un schéma des mobilités ?

Plate­­­­­­­­­forme de consul­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­tion


La lutte contre le dérè­­­­­­­­­­­­­­gle­­­­­­­­­­­­­­ment clima­­­­­­­­­­­­­­tique, donc la mise en place concrète de la tran­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­tion écolo­­­­­­­­­­­­­­gique, est un impé­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­tif, admis par tous. 

C’est pourquoi la Ville de Char­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­ville-Mézières engage une démarche qui va conduire, avant la fin de l’an­­­­­­­­­­­­­­née, à un nouveau schéma des mobi­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­tés parti­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­­tif et durable. Deux axes prin­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­paux sont à rete­­­­­­­­­­­­­­nir : la volonté de rendre notre ville acces­­­­­­­­­­­­­­sible et agréable à tous (piétons, cyclistes, auto­­­­­­­­­­­­­­mo­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­lis­­­­­­­­­­­­­­tes…), et le pari de cocons­­­­­­­­­­­­­­truire ce nouveau schéma des mobi­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­tés avec les Caro­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­cé­­­­­­­­­­­­­­riens. Un proces­­­­­­­­­­­­­­sus tota­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­ment inédit qui s’achè­­­­­­­­­­­­­­vera à l’au­­­­­­­­­­­­­­tomne par un réfé­­­­­­­­­­­­­­ren­­­­­­­­­­­­­­dum local. 

L’ac­­­­­­­­­­­­­­tuel « plan de circu­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­tion » remonte à 1972, donc avant le premier choc pétro­­­­­­­­­­­­­­lier. Un autre siècle, un autre millé­­­­­­­­­­­­­­naire, une autre époque durant laquelle la voiture régnait sans partage. Ce temps est révolu et les auto­­­­­­­­­­­­­­mo­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­listes ont désor­­­­­­­­­­­­­­mais pris l’ha­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­tude de parta­­­­­­­­­­­­­­ger les rues, à défaut des routes. 

Le schéma des mobi­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­tés caro­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­cé­­­­­­­­­­­­­­rien, que tous les usagers vont être appe­­­­­­­­­­­­­­lés à conce­­­­­­­­­­­­­­voir collec­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­­­­­ment au cours d’une démarche parti­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­­tive inédite, va permettre d’en­­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­ner cet état de fait en trou­­­­­­­­­­­­­­vant les solu­­­­­­­­­­­­­­tions pour que ce partage de la chaus­­­­­­­­­­­­­­sée s’ef­­­­­­­­­­­­­­fec­­­­­­­­­­­­­­tue le plus serei­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­ment possible. 

Concrè­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­ment, les diffé­­­­­­­­­­­­­­rentes options étudiées devront impé­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­­­­­ment répondre à une règle de base : la réduc­­­­­­­­­­­­­­tion des émis­­­­­­­­­­­­­­sions locales de CO2 liées aux dépla­­­­­­­­­­­­­­ce­­­­­­­­­­­­­­ments. Un seul chiffre pour illus­­­­­­­­­­­­­­trer l’ab­­­­­­­­­­­­­­so­­­­­­­­­­­­­­lue néces­­­­­­­­­­­­­­sité de prendre en compte ce para­­­­­­­­­­­­­­mètre essen­­­­­­­­­­­­­­tiel : à l’échelle de notre planète, le secteur des trans­­­­­­­­­­­­­­ports est à lui seul respon­­­­­­­­­­­­­­sable d’un quart des émis­­­­­­­­­­­­­­sions de CO2. Et contrai­­­­­­­­­­­­­­re­­­­­­­­­­­­­­ment à ce qu’on pour­­­­­­­­­­­­­­rait croire, le trans­­­­­­­­­­­­­­port routier est de loin le prin­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­pal respon­­­­­­­­­­­­­­sable, puisqu’il génère à lui seul 75 % du gaz à effet de serre produit par les dépla­­­­­­­­­­­­­­ce­­­­­­­­­­­­­­ments, très loin devant la navi­­­­­­­­­­­­­­ga­­­­­­­­­­­­­­tion, l’aé­­­­­­­­­­­­­­rien et bien sûr le rail.


Circulation
Circulation

A vous de décider !

Compte tenu de l’im­­­­­­­­­­­­­por­­­­­­­­­­­­­tance de ce dossier, que ce soit en terme d’at­­­­­­­­­­­­­trac­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­vité pour Char­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­ville-Mézières ou de confort de vie pour ses habi­­­­­­­­­­­­­tants, la Ville a décidé d’as­­­­­­­­­­­­­so­­­­­­­­­­­­­cier tous les usagers qui le souhaitent à la démarche. D’ici l’au­­­­­­­­­­­­­tomne et le réfé­­­­­­­­­­­­­ren­­­­­­­­­­­­­dum local qui vien­­­­­­­­­­­­­dra clore l’en­­­­­­­­­­­­­semble du proces­­­­­­­­­­­­­sus, chacun pourra s’ex­­­­­­­­­­­­­pri­­­­­­­­­­­­­mer sur le sujet et s’in­­­­­­­­­­­­­ves­­­­­­­­­­­­­tir afin de cocons­­­­­­­­­­­­­truire ce nouveau schéma des mobi­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­tés. 

Le réfé­­­­­­­­­­­­­ren­­­­­­­­­­­­­dum consti­­­­­­­­­­­­­tue en lui-même une rareté : sur la France entière, ces 20 dernières années, si on met à part ceux ayant trait à des projets de fusion de communes, on ne trouve trace que d’une tren­­­­­­­­­­­­­taine de ces réfé­­­­­­­­­­­­­ren­­­­­­­­­­­­­dums locaux. Mais le fait de propo­­­­­­­­­­­­­ser en amont aux habi­­­­­­­­­­­­­tants de bâtir eux-mêmes le projet est, à notre connais­­­­­­­­­­­­­sance, de l’iné­­­­­­­­­­­­­dit. 

Avec l’aide d’une agence spécia­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­sée dans la concer­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­tion et la parti­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­tion citoyenne, la Ville a opté pour une démarche, validé un calen­­­­­­­­­­­­­drier et forgé les outils qui vont permettre à tous les usagers des rues caro­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­cé­­­­­­­­­­­­­riennes de discu­­­­­­­­­­­­­ter et surtout de déci­­­­­­­­­­­­­der ensemble. Le projet en ques­­­­­­­­­­­­­tion, présenté lors du réfé­­­­­­­­­­­­­ren­­­­­­­­­­­­­dum, sera préparé, porté et validé par tous ceux qui souhai­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­ront s’im­­­­­­­­­­­­­pliquer dans cette démarche. 

Etape 1 : dres­­­­­­­­­­­­­ser un état des lieux 

Les usagers, qu’ils habitent à Char­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­ville-Mézières ou pas, ont deux outils à leur dispo­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­tion, acces­­­­­­­­­­­­­sibles sur la plate­­­­­­­­­­­­­forme élec­­­­­­­­­­­­­tro­­­­­­­­­­­­­nique : 

Un ques­­­­­­­­­­­­­tion­­­­­­­­­­­­­naire : une première étape indis­­­­­­­­­­­­­pen­­­­­­­­­­­­­sable qui se résume en une ques­­­­­­­­­­­­­tion, comment vous dépla­­­­­­­­­­­­­cez-vous à Char­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­ville-Mézières ? 

Tota­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­ment anonyme, ce ques­­­­­­­­­­­­­tion­­­­­­­­­­­­­naire ne vous pren­­­­­­­­­­­­­dra que quelques minutes et vous permet­­­­­­­­­­­­­tra de vous expri­­­­­­­­­­­­­mer en toute liberté sur vos habi­­­­­­­­­­­­­tudes de dépla­­­­­­­­­­­­­ce­­­­­­­­­­­­­ment, tout en donnant votre avis sur l’évo­­­­­­­­­­­­­lu­­­­­­­­­­­­­tion locale des modes de loco­­­­­­­­­­­­­mo­­­­­­­­­­­­­tion. 

Une carte inter­­­­­­­­­­­­­ac­­­­­­­­­­­­­tive des points noirs : vous pestez régu­­­­­­­­­­­­­liè­­­­­­­­­­­­­re­­­­­­­­­­­­­ment contre telle rue régu­­­­­­­­­­­­­liè­­­­­­­­­­­­­re­­­­­­­­­­­­­ment embou­­­­­­­­­­­­­teillée ? C’est le moment idéal pour le faire savoir ! A votre dispo­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­tion en ligne, une carte de notre ville sur laquelle vous pouvez inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­­­­nir en maté­­­­­­­­­­­­­ria­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­sant le point noir que vous souhai­­­­­­­­­­­­­tez voir dispa­­­­­­­­­­­­­raître. Avec en plus la possi­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­lité de lais­­­­­­­­­­­­­ser un commen­­­­­­­­­­­­­taire, y compris une propo­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­tion pour régler le problème. 

Etape 2 : trou­­­­­­­­­­­­­ver les solu­­­­­­­­­­­­­tions 

Les échanges géné­­­­­­­­­­­­­rés par la carte inter­­­­­­­­­­­­­ac­­­­­­­­­­­­­tive permet­­­­­­­­­­­­­tront de dévoi­­­­­­­­­­­­­ler certaines propo­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­tions. Mais quoi qu’il en soit, une fois cette première phase de diagnos­­­­­­­­­­­­­tic ache­­­­­­­­­­­­­vée, il faudra en début d’été trou­­­­­­­­­­­­­ver des solu­­­­­­­­­­­­­tions accep­­­­­­­­­­­­­tables par tous. Ce qui passera par l’or­­­­­­­­­­­­­ga­­­­­­­­­­­­­ni­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­tion de rencontres (virtuelles ou pas, les condi­­­­­­­­­­­­­tions sani­­­­­­­­­­­­­taires en déci­­­­­­­­­­­­­de­­­­­­­­­­­­­ront…) entre citoyens de bonne volonté prêts à débattre dans le but de résoudre les problèmes posés lors de la phase précé­­­­­­­­­­­­­dente. Il est prévu trois rencontres sous forme d’ate­­­­­­­­­­­­­liers. Pour y parti­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­per, il suffira de lais­­­­­­­­­­­­­ser ses coor­­­­­­­­­­­­­don­­­­­­­­­­­­­nées après avoir répondu au ques­­­­­­­­­­­­­tion­­­­­­­­­­­­­naire en ligne. Sachant en outre qu’a­­­­­­­­­­­­­fin de garan­­­­­­­­­­­­­tir une parti­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­tion à la fois suffi­­­­­­­­­­­­­sante et variée, 8 000 Caro­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­cé­­­­­­­­­­­­­riens tirés au sort sur les listes élec­­­­­­­­­­­­­to­­­­­­­­­­­­­rales de la commune vont rece­­­­­­­­­­­­­voir par cour­­­­­­­­­­­­­rier postal une lettre de Boris Ravi­­­­­­­­­­­­­gnon leur résu­­­­­­­­­­­­­mant cette démarche, ses enjeux et les invi­­­­­­­­­­­­­tant à se joindre aux groupes de travail. 

Etape 3 : vali­­­­­­­­­­­­­der par le vote 

Troi­­­­­­­­­­­­­sième et dernière étape, à l’au­­­­­­­­­­­­­tomne prochain, s’as­­­­­­­­­­­­­su­­­­­­­­­­­­­rer par l’en­­­­­­­­­­­­­tre­­­­­­­­­­­­­mise d’un réfé­­­­­­­­­­­­­ren­­­­­­­­­­­­­dum local que les solu­­­­­­­­­­­­­tions envi­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­gées sont accep­­­­­­­­­­­­­tées par une majo­­­­­­­­­­­­­rité de la popu­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­tion. Ce scru­­­­­­­­­­­­­tin, inédit sur Char­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­ville-Mézières, se dérou­­­­­­­­­­­­­lera de manière clas­­­­­­­­­­­­­sique, avec ouver­­­­­­­­­­­­­ture des bureaux de vote, bulle­­­­­­­­­­­­­tins, isoloirs…Exac­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­ment le proces­­­­­­­­­­­­­sus auquel les élec­­­­­­­­­­­­­teurs sont habi­­­­­­­­­­­­­tués lorsqu’ils se déplacent lors d’un scru­­­­­­­­­­­­­tin muni­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­pal, légis­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­tif ou prési­­­­­­­­­­­­­den­­­­­­­­­­­­­tiel.

Circulation

Les quatre objectifs

Sécu­­­­­­­­­­­­­­rité 

Tous ceux qui pratiquent le vélo en ville savent qu’à certaines heures ou sur certains itiné­­­­­­­­­­­­­­raires, la sensa­­­­­­­­­­­­­­tion d’être en danger est bien réelle. Les pistes ou bandes cyclables créées récem­­­­­­­­­­­­­­ment ont permis de trai­­­­­­­­­­­­­­ter avec effi­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­cité un certain nombre de points noirs, notam­­­­­­­­­­­­­­ment sur des axes de circu­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­tion impor­­­­­­­­­­­­­­tants. Mais l’étroi­­­­­­­­­­­­­­tesse de nombreuses rues ne permet pas d’en faire de même partout. D’où la solu­­­­­­­­­­­­­­tion propo­­­­­­­­­­­­­­sée de limi­­­­­­­­­­­­­­ter la vitesse à 30 km/h sur toute la ville, hormis les axes dotés d’un aména­­­­­­­­­­­­­­ge­­­­­­­­­­­­­­ment cyclable, main­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­nus à 50 km/h. Le but, permettre aux cyclistes de s’in­­­­­­­­­­­­­­sé­­­­­­­­­­­­­­rer faci­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­ment dans le trafic. Il s’agira égale­­­­­­­­­­­­­­ment d’as­­­­­­­­­­­­­­su­­­­­­­­­­­­­­rer la sécu­­­­­­­­­­­­­­rité des piétons, avec entre autres des traver­­­­­­­­­­­­­­sées de rue faci­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­tées ou des feux trico­­­­­­­­­­­­­­lores adap­­­­­­­­­­­­­­tés (exemple : la rue J. Jacques Rous­­­­­­­­­­­­­­seau est équi­­­­­­­­­­­­­­pée d’un feu qui passe auto­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­tique­­­­­­­­­­­­­­ment au rouge dès qu’un véhi­­­­­­­­­­­­­­cule fran­­­­­­­­­­­­­­chit les 50 km/h). 

Mobi­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­tés 

Nos modes de dépla­­­­­­­­­­­­­­ce­­­­­­­­­­­­­­ment en ville évoluent et vont conti­­­­­­­­­­­­­­nuer à le faire. Sans oublier le fait que bien souvent, l’au­­­­­­­­­­­­­­to­­­­­­­­­­­­­­mo­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­liste devient piéton tandis que le cycliste grimpe dans un bus… Ce qui renforce l’idée de trai­­­­­­­­­­­­­­ter toutes les mobi­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­tés sur un pied d’éga­­­­­­­­­­­­­­lité en permet­­­­­­­­­­­­­­tant aux utili­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­teurs de chacune d’elles de se dépla­­­­­­­­­­­­­­cer de manière sereine. Une ville ouverte aux mobi­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­tés est une ville qui vit, attire, commerce, accueille toutes les popu­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­tions. C’est d’ailleurs dans ce but que la consul­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­tion la plus large possible des Caro­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­cé­­­­­­­­­­­­­­riens, invi­­­­­­­­­­­­­­tés à cocons­­­­­­­­­­­­­­truire ce nouveau plan de circu­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­tion, sera notam­­­­­­­­­­­­­­ment carac­­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­sée par un travail spéci­­­­­­­­­­­­­­fique effec­­­­­­­­­­­­­­tué auprès des collé­­­­­­­­­­­­­­giens et lycéens. Ils fréquentent nos rues très régu­­­­­­­­­­­­­­liè­­­­­­­­­­­­­­re­­­­­­­­­­­­­­ment et même si leur jeune âge ne leur offre pas le droit de vote, ils auront celui de la parole ! 

Flui­­­­­­­­­­­­­­dité 

C’est, avec la sécu­­­­­­­­­­­­­­rité, l’at­­­­­­­­­­­­­­tente prin­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­pale de tout usager. Et contrai­­­­­­­­­­­­­­re­­­­­­­­­­­­­­ment à ce qu’on pour­­­­­­­­­­­­­­rait croire, la réduc­­­­­­­­­­­­­­tion de la vitesse maxi­­­­­­­­­­­­­­male auto­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­sée favo­­­­­­­­­­­­­­rise bien souvent la flui­­­­­­­­­­­­­­dité de la circu­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­tion. Cette dernière s’ap­­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­­rente à l’écou­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­ment d’un liquide dans une cana­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­­­tion : en cas de turbu­­­­­­­­­­­­­­lences (donc accé­­­­­­­­­­­­­­lé­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­tions ou frei­­­­­­­­­­­­­­nages brutaux), le trafic saccadé se ralen­­­­­­­­­­­­­­tit. A l’in­­­­­­­­­­­­­­verse, garan­­­­­­­­­­­­­­tir un écou­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­ment plus lent mais plus régu­­­­­­­­­­­­­­lier favo­­­­­­­­­­­­­­rise le flux. C’est ce qu’on appelle la « régu­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­tion dyna­­­­­­­­­­­­­­mique de la vitesse ». Pour résu­­­­­­­­­­­­­­mer, l’équa­­­­­­­­­­­­­­tion gagnante semble donc être : vitesse réduite = sécu­­­­­­­­­­­­­­rité + flui­­­­­­­­­­­­­­dité. Autre axe pour parve­­­­­­­­­­­­­­nir à plus de flui­­­­­­­­­­­­­­dité, des aména­­­­­­­­­­­­­­ge­­­­­­­­­­­­­­ments permet­­­­­­­­­­­­­­tant de gommer les points noirs : pourquoi ne pas imagi­­­­­­­­­­­­­­ner un rond-point pour rempla­­­­­­­­­­­­­­cer tel carre­­­­­­­­­­­­­­four problé­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­tique, ou le chan­­­­­­­­­­­­­­ge­­­­­­­­­­­­­­ment de caden­­­­­­­­­­­­­­ce­­­­­­­­­­­­­­ment de certains feux trico­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­res… 

Acces­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­lité 

En 2020, on comp­­­­­­­­­­­­­­tait en France près de 12 millions de personnes en situa­­­­­­­­­­­­­­tion de handi­­­­­­­­­­­­­­cap, presque 18 % de la popu­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­tion. A l’échelle de notre seule ville, cela repré­­­­­­­­­­­­­­sente 8 350 Caro­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­cé­­­­­­­­­­­­­­riens. Et parmi elles, 67 %éprou­­­­­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­­­­­raient des diffi­­­­­­­­­­­­­­cul­­­­­­­­­­­­­­tés à se dépla­­­­­­­­­­­­­­cer (enquête Ifop de janvier 2020). France Handi­­­­­­­­­­­­­­cap pointe du doigt des infra­s­­­­­­­­­­­­­truc­­­­­­­­­­­­­­tures peu acces­­­­­­­­­­­­­­sibles : esca­­­­­­­­­­­­­­liers et absence de rampes d’ac­­­­­­­­­­­­­­cès dans les lieux publics, trot­­­­­­­­­­­­­­toirs trop hauts, portes trop étroites, voies publiques parse­­­­­­­­­­­­­­mées d’obs­­­­­­­­­­­­­­tacles. Depuis 2014, Char­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­ville-Mézières a effacé une partie non négli­­­­­­­­­­­­­­geable du retard accu­­­­­­­­­­­­­­mulé en la matière. Mais il reste encore beau­­­­­­­­­­­­­­coup à faire et la refonte de notre plan de circu­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­tion est l’oc­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­sion rêvée d’y parve­­­­­­­­­­­­­­nir.



voie circulation vélo
voie circulation vélo
nouveau sens de circulation 31 08 20 (1).JPG
nouveau sens de circulation 31 08 20 (1).JPG
Circulation vélos Cours Briand
Circulation vélos Cours Briand
Vélo au Pont des deux Villes
Vélo au Pont des deux Villes
Circulation vélo cours Briand
Circulation vélo cours Briand
L'itineraire cyclable permettra de traverser la ville de part en part en vélo !
L'itineraire cyclable permettra de traverser la ville de part en part en vélo !
Schéma vélo : point de l'avancée du projet
Schéma vélo : point de l'avancée du projet
La passerelle du port désormais accessible aux vélos
La passerelle du port désormais accessible aux vélos
Carte des temps de parcours à vélo https://tempsvelocharleville.netlify.app/
Carte des temps de parcours à vélo https://tempsvelocharleville.netlify.app/
Charleville-Mézières fait sa « vélorution »
Charleville-Mézières fait sa « vélorution »
Vélo piste cyclable
Vélo piste cyclable
Supports à vélos devant médiathèques Voyelles
Supports à vélos devant médiathèques Voyelles
Bus TAC
Bus TAC
Bus TAC
Bus TAC