Plan communal de sauvegarde

Prévention des risques majeurs

Plan communal de sauvegarde

Le Plan Commu­­nal de Sauve­­garde (ou PCS) est un outil permet­­tant d’ap­­por­­ter une réponse rapide et adap­­tée pour faire face à des évène­­ments de sécu­­rité civile affec­­tant la popu­­la­­tion et suscep­­tibles de désta­­bi­­li­­ser nos orga­­ni­­sa­­tions. Il s’agit d’évi­­ter d’être débordé par les consé­quences maté­­rielles ou média­­tiques d’un évène­­ment et ainsi ne pas bascu­­ler dans la crise. Le PCS est l’ou­­til du maire dans son rôle majeur de gestion d’un évène­­ment de sécu­­rité civile.

Quel rôle a le maire dans le PCS ?

Grâce à son rapport avec la popu­la­tion et sa forte connais­sance du terri­toire, le maire est l’élé­ment fonda­men­tal du dispo­si­tif de sécu­rité civile.

La commune est donc le premier niveau d’or­ga­ni­sa­tion pour faire face à d’éven­tuels problèmes. Elle s’in­tègre dans un dispo­si­tif compre­nant trois autres niveaux : dépar­te­men­tal, zonal et natio­nal, où l’état met en place une orga­ni­sa­tion opéra­tion­nelle permet­tant de déployer des moyens spéci­fiques ou complé­men­taires en fonc­tion des besoins.

Pour la majo­rité des opéra­tions courantes des services de secours, le maire est juri­dique­ment le respon­sable mais il n’a aucune action à réali­ser, il peut simple­ment être informé. C’est le Comman­dant des Opéra­tions de Secours (COS), géné­ra­le­ment offi­cier sapeur-pompier qui assure la conduite opéra­tion­nelle des secours. Le maire est simple­ment habi­lité à diri­ger les actions des inter­ve­nants, à s’as­su­rer que la commu­ni­ca­tion s’ef­fec­tue sans faute, à anti­ci­per les consé­quences et mobi­li­ser les moyens néces­saires.

Définition du risque

Les diffé­rents types de risques auxquels chacun de nous peut être exposé sont regrou­pés en 5 grandes familles :

  1.  les risques natu­rels : avalanche, feu de forêt, inon­da­tion, mouve­ment de terrain, cyclone, tempête, séisme et érup­tion volca­nique.
  2.  les risques tech­no­lo­giques d’ori­gine anthro­pique : indus­triel, nucléaire, biolo­gique, rupture de barrage.
  3.  les risques de trans­ports collec­tifs (personnes, matières dange­reuses) sont des risques tech­no­lo­giques. Il s’agit de cas parti­cu­liers car les enjeux varient en fonc­tion de l’en­droit où se déroule l’ac­ci­dent.
  4.  les risques de la vie quoti­dienne (acci­dents domes­tiques, acci­dents de la route…).
  5.  les risques liés aux conflits.

Risques possibles

À Char­­le­­ville-Mézières, il existe plusieurs risques possibles : 

  • Les risques natu­­rels, dont le risque météo­­ro­­lo­­gique (les vents violents, les fortes préci­­pi­­ta­­tions et les inon­­da­­tions, les orages) le risque mouve­­ment de terrain et le risque sismique. 
  • Les risques tech­­no­­lo­­giques : le risque trans­­port de matière dange­­reuses 
  • Les risques parti­­cu­­liers : le risque atten­­tat 
  • Les risques suivants ne sont pas gérés dans le cadre du PCS, tout comme la neige/le verglas : Un plan dédié existe, le grand froid est géré dans le cadre d’une autre orga­­ni­­sa­­tion prise en charge par le Centre Commu­­nal d’Ac­­tion Social (CCAS) de Char­­le­­ville-Mézières et la cani­­cule est gérée dans le cadre d’une autre orga­­ni­­sa­­tion prise en charge par le CCAS.

Conduite à tenir - Inondations

Avant :

Prévoir les gestes essen­­­tiels :

  • fermer portes et fenêtres ;
  • couper le gaz et l’élec­­­tri­­­cité ;
  • mettre au sec les meubles, objets, matières et produits ;
  • amar­­­rer les cuves ;
  • garer les véhi­­­cules ;
  • faire une réserve d’eau potable et de produits alimen­­­taires.

Pendant :

  • prévoir les moyens d’éva­­­cua­­­tion ;
  • s’in­­­for­­­mer de la montée des eaux (radio, mairie…).

Dès l’alerte :

  • couper l’élec­­­tri­­­cité ;
  • aller sur les points hauts préa­­­la­­­ble­­­ment repé­­­rés (étages de la maison, colline) ;
  • n’éva­­­cuer qu’a­­­près en avoir reçu l’ordre ;
  • ne pas s’en­­­ga­­­ger sur une route inon­­­dée (à pied ou en voiture).

Après :

  • aérer et désin­­­fec­­­ter les pièces ;
  • chauf­­­fer dès que possible ;
  • ne réta­­­blir l’élec­­­tri­­­cité que si l’ins­­­tal­­­la­­­tion est sèche.

Où s’in­­­for­­­mer ?

Pour plus d’in­­­for­­­ma­­­tions, vous pouvez vous rensei­­­gner auprès des services suivants :

Mairie , Direc­­­tion Dépar­­­te­­­men­­­tale des Terri­­­toires (DDT), Service Dépar­­­te­­­men­­­tal d’In­­­cen­­­die et de Secours (SDIS), Préfec­­­ture – Bureau Gestion de Crise, Défense et Sécu­­­rité Natio­­­nale (BGCDSN).

Conduite à tenir - Risque météo

Avant :

  • rentrer à l’in­té­­rieur les objets suscep­­tibles d’être empor­­tés par le vent, surtout ceux se trou­­vant sur les bords des fenêtres ;
  • fermer portes et volets ;
  • gagner un abri en dur ;
  • annu­­ler les sorties en forêt et en rivière ;
  • mettre les grues en girouette ;
  • conso­­li­­der les écha­­fau­­dages.

Pendant :

  • s’in­­for­­mer auprès du Centre Dépar­­te­­men­­tal de la Météo­­ro­­lo­­gie, du niveau d’alerte, des messages météo et des consignes des auto­­ri­­tés ;
  • éviter tout dépla­­ce­­ment en voiture et en cas d’ab­so­­lue néces­­sité, rouler lente­­ment ;
  • débran­­cher les appa­­reils élec­­triques et les antennes de télé­­vi­­sion (en cas d’orages) ;
  • ne pas télé­­pho­­ner ;
  • se tenir éloi­­gné des vitres et ouver­­tures (en cas de tempête).

Après :

  • faire mettre en sécu­­rité les branches et arbres qui menacent de s’abattre ;
  • se tenir à distance des fils élec­­triques tombés à terre.

Où s’in­­for­­mer ?

Météo France

Des infor­­ma­­tions sur les condi­­tions météo­­ro­­lo­­giques peuvent être obte­­nues en consul­­tant la carte de vigi­­lance météo­­ro­­lo­­gique et les bulle­­tins de suivi, ainsi que sur les consignes à la popu­­la­­tion spéci­­fiques à chaque phéno­­mène météo­­ro­­lo­­gique – onglet « consé­quences et conseils ». En cas de situa­­tion météo­­ro­­lo­­gique excep­­tion­­nelle, le répon­­deur popu­­la­­tion de la Préfec­­ture : 03 24 59 67 98 est activé.

Conduite à tenir - Mouvements de terrains

Avant :

  • infor­­mez-vous des risques encou­­rus, des mesures restric­­tives prévues en matière d’amé­na­­ge­­ment et des consignes de sauve­­garde.

Pendant :

  • fuyez laté­­ra­­le­­ment ;
  • gagner au plus vite les hauteurs les plus proches ;
  • ne reve­­nez pas sur vos pas ;
  • n’en­trez pas dans un bâti­­ment endom­­magé ;
  • ne pas prendre l’as­­cen­­seur.

Après :

  • évaluez les dégâts et les dangers ;
  • infor­­mez les auto­­ri­­tés ;
  • mettez-vous à dispo­­si­­tion des secours.

Risque aléa retrait-gonfle­­ment des sols argi­­leux :

  • Éviter la végé­­ta­­tion à proxi­­mité des murs en plan­­tant des arbres et arbustes loin de la construc­­tion.
  • Réduire l’éva­­po­­ra­­tion super­­­fi­­cielle du sol envi­­ron­­nant par la mise en place, par exemple, d’une protec­­tion isotherme, d’une imper­­méa­­bi­­li­­sa­­tion, d’un écran anti-racines.
  • Véri­­fier l’étan­­chéité des cana­­li­­sa­­tions et le bon fonc­­tion­­ne­­ment des drai­­nage.

Où s’in­for­­mer ?

Pour plus d’in­for­­ma­­tions, vous pouvez vous rensei­­gner auprès des services suivants :

Mairie, Service Géolo­­gique Régio­­nal Cham­­pagne-Ardenne du Bureau de Recherches Géolo­­giques et Minières (BRGM) à Reims, Direc­­tion Dépar­­te­­men­­tale des Terri­­toires (DDT), Service Dépar­­te­­men­­tal d’In­cen­­die et de Secours (SDIS), Préfec­­ture – Bureau Gestion de Crise, Défense et Sécu­­rité Natio­­nale (BGCDSN).

Conduite à tenir - Risque sismique

Avant :

  • privi­­lé­­gier les construc­­tions para­­sis­­miques ;
  • repé­­rer les points de coupure de gaz, eau, élec­­tri­­cité ;
  • fixer les appa­­reils et meubles lourds ; repé­­rer un endroit où l’on pourra se mettre à l’abri ;
  • prévoir quelques équi­­pe­­ments tels que radio portable avec piles, lampe de poche, eau potable, papiers person­­nels, médi­­ca­­ments urgents…

Pendant :

Rester où l’on est :

  • à l’in­­té­­rieur : se mettre à l’abri près d’un mur, une colonne porteuse ou sous des meubles solides ; s’éloi­­gner des fenêtres ;
  • à l’ex­­té­­rieur : s’éloi­­gner de ce qui peut s’ef­fon­­drer (bâti­­ments, ponts, fils élec­­triques), à défaut s’abri­­ter sous un porche ;
  • en voiture : s’ar­rê­­ter si possible à distance de construc­­tions et de fils élec­­triques et ne pas descendre avant la fin de la secousse. se proté­­ger la tête avec les bras ;
  • ne pas allu­­mer de flamme.

Après :

Après la première secousse, se méfier des répliques : il peut y avoir d’autres secousses ;

  • véri­­fier l’eau, le gaz et l’élec­­tri­­cité : en cas de fuite, ouvrir les fenêtres et les portes et préve­­nir les auto­­ri­­tés. Ne pas allu­­mer de flamme et ne pas fumer ;
  • évacuer le plus rapi­­de­­ment possible les bâti­­ments ;
  • ne pas prendre l’as­cen­­seur;
  • si l’on est bloqué sous des décombres, garder son calme et signa­­ler sa présence en frap­­pant sur l’objet le plus appro­­prié (table, poutre, cana­­li­­sa­­tion) ;
  • ne pas aller cher­­cher ses enfants à l’école.

Où s’in­for­­mer ?

Pour plus d’in­for­­ma­­tions, vous pouvez vous rensei­­gner auprès des services suivants : Mairie ,Bureau de Recherches Géolo­­giques et Minières (BRGM), Direc­­tion Dépar­­te­­men­­tale des Terri­­toires (DDT), Service Dépar­­te­­men­­tal d’In­cen­­die et de Secours (SDIS), Préfec­­ture – Bureau Gestion de Crise, Défense et Sécu­­rité Natio­­nale (BGCDSN).

Georisques

Conduite à tenir - Transport de matières dangereuses

Avant :

  • savoir iden­­ti­­fier un convoi de marchan­­dises dange­­reuses : les panneaux et les picto­­grammes appo­­sés sur les unités de trans­­port permettent d’iden­­ti­­fier le ou les risques géné­­rés par la ou les marchan­­dises trans­­por­­tées.

Pendant :

Si vous êtes témoin de l’ac­­ci­dent :

  • proté­­ger : pour éviter un « sur-acci­dent », bali­­ser les lieux du sinistre avec une signa­­li­­sa­­tion appro­­priée, et faire éloi­­gner les personnes à proxi­­mité. Ne pas fumer.
  • donner l’alerte (sapeurs-pompiers : 18 ou 112 ; police ou gendar­­me­­rie : 17 ; et s’il s’agit d’une cana­­li­­sa­­tion de trans­­port, à l’ex­­ploi­­tant dont le numéro d’ap­­pel 24h/24 figure sur les balises.)

Dans le message d’alerte, préci­­ser si possible :

  • le lieu exact (commune, nom de la voie, …)
  • le moyen de trans­­port (poids-lourd, cana­­li­­sa­­tion, train, …)
  • la présence ou non de victimes
  • la nature du sinistre : feu, explo­­sion, fuite, déver­­se­­ment, écou­­le­­ment, …
  • le cas échéant, le numéro du produit et le code danger.

En cas de fuite de produit :

  • ne pas toucher ou entrer en contact avec le produit (en cas de contact : se laver et si possible, se chan­­ger)
  • quit­­ter la zone de l’ac­­ci­dent : s’éloi­­gner si possible perpen­­di­­cu­­lai­­re­­ment à la direc­­tion du vent pour éviter un possible nuage toxique
  • rejoindre le bâti­­ment le plus proche et se confi­­ner (les mesures à appliquer sont les mêmes que les consignes géné­­rales).

Dans tous les cas, se confor­­mer aux consignes de sécu­­rité diffu­­sées par les services de secours.

Après :

  • si vous vous êtes mis à l’abri, aérez le local à la fin de l’alerte diffu­­sée par la radio.

Où s’in­­for­­mer ?

Pour plus d’in­for­­ma­­tions, vous pouvez vous rensei­­gner auprès des services suivants : Mairie, Service Dépar­­te­­men­­tal d’In­cen­­die et de Secours (SDIS), Gendar­­me­­rie, Direc­­tion Régio­­nale de l’En­­vi­­ron­­ne­­ment, de l’Amé­­na­­ge­­ment et du Loge­­ment (DREAL), Conseil Géné­­ral – Direc­­tion des Routes et des Infra­s­truc­­tures (DRI), Préfec­­ture – Bureau Gestion de Crise, Défense et Sécu­­rité Natio­­nale.

Contact

Service Plan commu­­nal de sauve­­garde

  • Place Jacques Félix
  • 08000 Char­­le­­ville-Mézières
  • Tél : 03 24 32 43 00
  • Cour­­riel : aurore.louis@­­mai­­rie-char­­le­­vil­­le­­me­­zieres.fr