Votre navigateur n'est pas supporté sur ce site.Afin de profiter d'une navigation optimale, veuillez utiliser l'un des navigateurs suivants :
Schéma des mobilités

Vers un schéma des mobilités participatif et durable

La Ville de Char­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ville-Mézières engage ce prin­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­temps la démarche qui va conduire, avant la fin de l’an­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­née, à la refonte de son plan de circu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion. Deux axes prin­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­paux sont à rete­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nir. D’une part la volonté de rendre notre ville acces­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sible et agréable à tous (piétons, cyclistes, auto­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lis­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tes…), d’autre part le pari de cocons­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­truire ce nouveau schéma des mobi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tés avec les Caro­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­riens. Un proces­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sus tota­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment inédit qui s’achè­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vera à l’au­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tomne par un réfé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ren­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dum local.




La lutte contre le dérè­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gle­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment clima­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tique, donc la mise en place concrète de la tran­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion écolo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gique, est un impé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tif, heureu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment aujourd’­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­hui admis par tous. Le nouveau schéma de mobi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tés de notre ville va nous permettre d’ap­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­por­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ter notre pierre à cet édifice fonda­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tal. 

C’est pourquoi la Ville de Char­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ville-Mézières engage ce prin­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­temps la démarche qui va conduire, avant la fin de l’an­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­née, à un nouveau schéma des mobi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tés parti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tif et durable. Deux axes prin­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­paux sont à rete­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nir. D’une part la volonté de rendre notre ville acces­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sible et agréable à tous (piétons, cyclistes, auto­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lis­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tes…), d’autre part le pari de cocons­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­truire ce nouveau schéma des mobi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tés avec les Caro­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­riens. Un proces­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sus tota­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment inédit qui s’achè­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vera à l’au­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tomne par un réfé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ren­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dum local. 

  • Ques­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­naire à remplir

Que vous soyez habi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tants, usagers, entre­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­prises ou acteurs du terri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­toire, cette enquête permet­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tra à chacun d’ex­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mer sa pratique des mobi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tés pour ensuite analy­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ser les enjeux qui en découlent. Nous comp­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tons sur vous pour nous aider à penser les dépla­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ce­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ments de demain !



Vous avez des diffi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cul­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tés à remplir le ques­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­naire ? Cliquez ici



  • Carto­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­phie parti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tive

Avec cette carte, vous pouvez commen­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ter et complé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ter les points noirs de circu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion d’ores et déjà iden­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fiés ainsi qu’un ques­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­naire person­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nel portant sur le diagnos­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tic et les évolu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions de compor­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ments. 

Parti­­­­­­­ci­­­­­­­pez à la carto­­­­­­­gra­­­­­­­phie



Vous pouvez aussi accé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­der direc­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment à : 

la plate­­­­­­forme de consul­­­­­­ta­­­­­­tion




L’ac­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tuel « plan de circu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion » de Char­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ville-Mézières remonte à 1972, donc avant le premier choc pétro­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lier. Un autre siècle, un autre millé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­naire, une autre époque durant laquelle la voiture régnait sans partage. Qu’on le veuille ou non, qu’on s’en féli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cite ou qu’on le déplore, ce temps est révolu et les auto­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­listes ont désor­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mais pris l’ha­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tude de parta­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ger les rues, à défaut des routes. Le futur schéma de mobi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tés caro­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rien, que tous les usagers vont être appe­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lés à conce­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­voir collec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment au cours d’une démarche parti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tive inédite, va permettre d’en­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­té­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ner cet état de fait en trou­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vant les solu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions pour que ce partage de la chaus­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sée s’ef­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tue le plus serei­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment possible. Concrè­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment, cela signi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fie que les diffé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rentes options étudiées devront impé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment répondre à une règle de base : la réduc­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion impé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tive des émis­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sions locales de CO2 liées aux dépla­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ce­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ments. Un seul chiffre pour illus­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­trer l’ab­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­so­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lue néces­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sité de prendre en compte ce para­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mètre essen­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tiel : à l’échelle de notre planète, le secteur des trans­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ports est à lui seul respon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sable d’un quart des émis­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sions de CO2. Et contrai­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­re­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment à ce qu’on pour­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rait croire, le trans­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­port routier est de loin le prin­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pal respon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sable, puisqu’il génère à lui seul 75 % du gaz à effet de serre produit par les dépla­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ce­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ments, très loin devant la navi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ga­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion, l’aé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rien et bien sûr le rail. Alors certes, le trafic dans les rues de Char­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ville-Mézières ne peut être tenu pour unique respon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sable du chan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ge­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment clima­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tique, mais les petits ruis­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­seaux font les grandes riviè­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­res… 


Des pistes à suivre 

Cette évidence admise, reste à savoir comment, à l’échelle caro­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rienne, nous pouvons atteindre cet objec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tif sans sacri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fier la voiture, moyen de loco­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion indis­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pen­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sable pour une ville de la taille de la nôtre, qui plus est entou­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rée de vastes éten­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dues essen­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tiel­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment rurales dont les habi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tants n’ont bien souvent d’autre solu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion de loco­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­mo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion que leur véhi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cule. C’est l’un des prin­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­paux enjeux de la consul­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion que la Ville lance à l’oc­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sion de la refonte de son plan de circu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion. Et sans vouloir influer sur les réflexions des futurs groupes de travail, aussi bien la Ville qu’Ar­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­denne Métro­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pole ont déjà pris des initia­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tives allant dans la bonne direc­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion, qu’il s’agisse de l’offre de véhi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cules élec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­triques en auto­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­par­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tage, de l’ins­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tal­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion de bornes de recharge, de la multi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion des pistes ou bandes cyclables ou de l’aide finan­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cière pour tout achat d’un vélo, élec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­trique ou non.


Vers un nouveau schéma des mobi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tés


Nos modes de dépla­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ce­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment urbain ont profon­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­dé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment évolué ces dernières années, rendant l’ac­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tuel plan de circu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion tout simple­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment inadapté. En un mot, il ne répond pas ou plus aux attentes et besoins des diffé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rents usagers. La multi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion du nombre de cyclistes dans nos rues, un mouve­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment encore ampli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­fié depuis le début de la crise sani­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­taire, consti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tue certai­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ne­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment la nouveauté la plus remarquable. Mais ce n’est pas la seule. L’ap­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ri­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion de trot­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­nettes, les véhi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cules élec­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­triques et l’au­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­to­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­par­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tage, la prise en compte des personnes en situa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion de handi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cap, le covoi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tu­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­rage ou la montée en puis­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sance des trans­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ports en commun forment d’autres exemples des muta­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions vécues ces dernières années. Muta­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions auxquelles nous devons répondre sous peine de voir décli­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ner l’at­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­trac­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vité de notre ville. Le but de ce nouveau schéma des mobi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tés est de faire en sorte que TOUS les usagers trouvent les rues de Char­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ville-Mézières accueillantes, pratiques et sûres. Pour être clair, il ne s’agit pas de parier sur le vélo contre la voiture, ou l’in­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­verse, mais d’in­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ven­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ter, en compa­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gnie de tous les Caro­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­cé­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­riens, les règles d’une coha­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion apai­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­sée et sereine.


Circu­­lez ? Il y a tout à voir !


Compte tenu de l’im­­por­­tance de ce dossier, que ce soit en terme d’at­­trac­­ti­­vité pour Char­­le­­ville-Mézières ou de confort de vie pour ses habi­­tants, la Ville a décidé d’as­­so­­cier tous les Caro­­lo­­ma­­cé­­riens qui le souhaitent à l’in­­té­­gra­­lité de la démarche. D’ici l’au­­tomne et le réfé­­ren­­dum local qui vien­­dra clore l’en­­semble du proces­­sus, chacun pourra s’ex­­pri­­mer sur le sujet et s’in­­ves­­tir afin de cocons­­truire ce nouveau schéma de mobi­­lité caro­­lo­­ma­­cé­­rien. 

Le réfé­­ren­­dum consti­­tue en lui-même une rareté : sur la France entière, ces 20 dernières années, si on met à part ceux ayant trait à des projets de fusion de communes, on ne trouve trace que d’une tren­­taine de ces réfé­­ren­­dums locaux. Mais le fait de propo­­ser en amont aux habi­­tants de bâtir eux-mêmes le projet est, à notre connais­­sance, de l’iné­­dit. 

Avec l’aide d’une agence spécia­­li­­sée dans la concer­­ta­­tion et la parti­­ci­­pa­­tion citoyenne, la Ville a opté pour une démarche, validé un calen­­drier et forgé les outils qui vont permettre à tous les usagers des rues caro­­lo­­ma­­cé­­riennes de discu­­ter et surtout de déci­­der ensemble. Et c’est bien là où la « carolo touch » diffère : les quelques dizaines de réfé­­ren­­dums locaux orga­­ni­­sés en France depuis 2000 se tradui­­saient toujours par une ques­­tion posée à l’élec­­teur : « Accep­­tez-vous le projet proposé par la mairie ? » Dans le cas présent, le projet en ques­­tion, présenté lors du réfé­­ren­­dum, sera préparé, porté et validé par tous ceux qui souhai­­te­­ront s’im­­pliquer dans cette démarche. 


Etape 1 : dres­­ser le bilan 


Pour ce faire, les usagers, qu’ils habitent à Char­­le­­ville-Mézières ou pas, ont deux outils à leur dispo­­si­­tion, acces­­sibles sur la plate­­forme élec­­tro­­nique https://char­­le­­ville.consult­­vox.co/

  • Un ques­­tion­­naire : une première étape indis­­pen­­sable qui se résume en une ques­­tion, Comment vous dépla­­cez-vous à Char­­le­­ville-Mézières ? Tota­­le­­ment anonyme, ce ques­­tion­­naire ne vous pren­­dra que quelques minutes et vous permet­­tra de vous expri­­mer en toute liberté sur vos habi­­tudes de dépla­­ce­­ment, tout en donnant votre avis sur l’évo­­lu­­tion locale des modes de loco­­mo­­tion. 
  • Une carte inter­­ac­­tive des points noirs : vous pestez régu­­liè­­re­­ment contre telle rue régu­­liè­­re­­ment embou­­teillée ? C’est le moment idéal pour le faire savoir ! A votre dispo­­si­­tion en ligne, une carte de notre ville sur laquelle vous pouvez inter­­­ve­­nir en maté­­ria­­li­­sant le point noir que vous souhai­­tez voir dispa­­raître. Avec en plus la possi­­bi­­lité de lais­­ser un commen­­taire, y compris une propo­­si­­tion pour régler le problème. 


Etape 2 : trou­ver des solu­tions


Les échanges géné­­rés par la carte inter­­ac­­tive permet­­tront certai­­ne­­ment de dévoi­­ler certaines propo­­si­­tions. Mais quoi qu’il en soit, une fois cette première phase de diagnos­­tic ache­­vée, il faudra en début d’été trou­­ver des solu­­tions accep­­tables par tous. Ce qui passera par l’or­­ga­­ni­­sa­­tion de rencontres (virtuelles ou pas, les condi­­tions sani­­taires en déci­­de­­ront…) entre citoyens de bonne volonté prêts à débattre dans le but de résoudre les problèmes posés lors de la phase précé­­dente. Il est prévu trois ateliers de cette nature, chacun d’eux étant programmé pour durer trois heures. Pour parti­­ci­­per à ces ateliers, il suffira aux inté­­res­­sés de lais­­ser leurs coor­­don­­nées après avoir répondu au ques­­tion­­naire en ligne. Sachant en outre qu’a­­fin de garan­­tir une parti­­ci­­pa­­tion à la fois suffi­­sante et variée, 8.000 Caro­­lo­­ma­­cé­­riens tirés au sort sur les listes élec­­to­­rales de la commune vont rece­­voir par cour­­rier postal une lettre de Boris Ravi­­gnon leur résu­­mant cette démarche, ses enjeux et les invi­­tant à se joindre aux groupes de travail. 


Etape 3 : vali­der par le vote 


Troi­­sième et dernière étape, à l’au­­tomne prochain, s’as­­su­­rer par l’en­­tre­­mise d’un réfé­­ren­­dum local que les solu­­tions envi­­sa­­gées sont accep­­tées par une majo­­rité de la popu­­la­­tion. Ce scru­­tin, inédit sur Char­­le­­ville-Mézières, se dérou­­lera de manière clas­­sique, avec ouver­­ture des bureaux de vote, bulle­­tins, isoloirs… Exac­­te­­ment le proces­­sus auquel les élec­­teurs sont habi­­tués lorsqu’ils se déplacent lors d’un scru­­tin muni­­ci­­pal, légis­­la­­tif ou prési­­den­­tiel. Les collé­­giens et lycéens aussi ! Ils sont pour la plupart trop jeunes pour pouvoir voter lors du réfé­­ren­­dum de l’au­­tomne prochain, mais nos collé­­giens et lycéens sont pour­­tant concer­­nés au premier chef par ce nouveau plan de circu­­la­­tion. Raison pour laquelle il est prévu de les asso­­cier à la réflexion collec­­tive propo­­sée à l’en­­semble de la popu­­la­­tion. Popu­­la­­tion à laquelle ils appar­­tiennent, qu’ils soient majeurs ou pas ! Avec l’ac­­cord des services de l’édu­­ca­­tion natio­­nale, nous allons donc leur propo­­ser un atelier collé­­giens/lycéens qui permet­­tra de recueillir leur point de vue sur les enjeux de mobi­­lité, avant de le verser au débat.