Votre navigateur n'est pas supporté sur ce site.Afin de profiter d'une navigation optimale, veuillez utiliser l'un des navigateurs suivants :
Expressions politiques

Expressions politiques

Mars 2020

Boris Ravi­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­gnon Maire de Char­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­ville-Mézières

Hommage

Le dernier conseil muni­­ci­­pal de la présente manda­­ture s’est tenu le 13 février. à cette occa­­sion, j’ai tenu à rendre un hommage ample­­ment mérité à tous les élus qui ont choisi de ne pas se repré­­sen­­ter lors des élec­­tions muni­­ci­­pales et qui vivaient donc ce soir-là leur ultime conseil. Je ne cite­­rai pas leurs noms, mais tous ceux qui s’in­té­­ressent à la vie de notre ville les connaissent. Certains d’entre eux m’ont accom­­pa­­gné depuis des années et m’ont aidé à assu­­mer les lourdes respon­­sa­­bi­­li­­tés qui incombent à un maire. 
D’autres siégeaient sur les bancs de l’op­po­­si­­tion et n’ont jamais hésité à indiquer clai­­re­­ment leur désac­­cord avec telle ou telle déci­­sion de la muni­­ci­­pa­­lité. Mais au-delà de ces querelles parfois parti­­sanes, je souhaite en votre nom à tous les remer­­cier pour leur enga­­ge­­ment, qui s’est pour certains pour­­suivi sur plusieurs décen­­nies. 
Je sais que d’une manière géné­­rale, ces dernières années, la cote de popu­­la­­rité des élus, toutes tendances confon­­dues, est plutôt sur le recu­­loir. La faute à certaines pratiques d’un autre temps et à quelques brebis galeuses dont le compor­­te­­ment inac­­cep­­table a terni dura­­ble­­ment l’image de toutes celles et ceux qui ont un jour choisi de s’en­ga­­ger en se lançant dans l’arène poli­­tique. A de rares excep­­tions près (mais ce sont malheu­­reu­­se­­ment ces dernières que l’on retient le plus souvent…), cet enga­­ge­­ment est pour­­tant aussi sincère que désin­­té­­ressé. Il se traduit par de nombreuses heures de travail au cours de réunions qui, avouons-le, ne sont pas toujours des plus palpi­­tantes, ou encore par une dispo­­ni­­bi­­lité qui ne tient pas compte des notions de soirée ou de week-end. Mais heureu­­se­­ment, cet enga­­ge­­ment est parfois aussi syno­­nyme d’in­tense satis­­fac­­tion, lorsqu’on sait avoir œuvré avec effi­­ca­­cité pour le bien collec­­tif. 
Tout cela, les réus­­sites et les échecs, les moments de doute ou de certi­­tude, ceux qui s’ap­prêtent à se reti­­rer défi­­ni­­ti­­ve­­ment de la vie publique les ont connus. Dans quelques jours, à l’is­sue des élec­­tions muni­­ci­­pales, vous aurez dési­­gné une nouvelle équipe qui aura pour mission de nous dessi­­ner un futur commun. Je souhaite simple­­ment que ses membres sauront, comme leurs prédé­­ces­­seurs, s’at­te­­ler à la tâche en gardant à l’es­prit qu’ils ont été dési­­gnés dans un but unique : servir au mieux la commu­­nauté caro­­lo­­ma­­cé­­rienne.



Sylvain Dalla Rosa pour le groupe PS/ PC/Ecolo­­­­­­­­­­gie Les Verts « Bâtir notre ville ensemble »

Une ville pour tous

Le mandat muni­­ci­­pal qui s’achève ne restera pas marqué par une grande inno­­va­­tion. Beau­­coup de projets n’ont jamais vu le jour. Ainsi, il manque cruel­­le­­ment une salle de spec­­tacle de capa­­cité moyenne. Avec la majo­­rité précé­­dente nous avions un projet de Scène de musique actuelle (SMAC) qui a été remis en cause dès 2014. 
La muni­­ci­­pa­­lité de droite s’est concen­­trée sur les anima­­tions qui d’ailleurs ne concer­­naient pratique­­ment que le centre ville. Quand aux inves­­tis­­se­­ments on ne peut rele­­ver que deux ou trois réali­­sa­­tions d’en­­ver­­gures. Je pense au campus univer­­si­­taire ou à la place de l’Hô­­tel de ville… Cette dernière réali­­sa­­tion est d’ailleurs contes­­table. Autant la réha­­bi­­li­­ta­­tion du bâti­­ment est une réus­­site autant le plan de circu­­la­­tion qui inter­­­dit aux véhi­­cules de passer sur la place risque d’être une catas­­trophe pour la circu­­la­­tion et les embou­­teillages.
La gauche propose plusieurs solu­­tions 
pour amélio­­rer l’en­­vi­­ron­­ne­­ment, le cadre de vie et la poli­­tique sociale comme la gratuité des bus ou un plan vélos sans hausse de la fisca­­lité des ménages. Nous voulons égale­­ment nous attaquer à l’in­­sé­­cu­­rité. Il est démon­­tré que la cinquan­­taine de camé­­ras posées dans les rues de Char­­le­­ville-Mézières n’ont pas amélioré la sécu­­rité et n’ont souvent fait que dépla­­cer les problèmes. Nous préco­­ni­­sons la créa­­tion d’an­­tennes du commis­­sa­­riat central dans les diffé­­rents quar­­tiers afin d’ins­­tau­­rer de l’îlo­­tage de la police natio­­nale. Tout cela devra se réali­­ser sans hausse de la fisca­­lité que nous propo­­sons de geler pendant le mandat.
Ces propo­­si­­tions sont réali­­sables pour une ville moyenne comme la notre. Personne ne peut nous présen­­ter comme des oppor­­tu­­nistes puisque ce sont des réali­­sa­­tions que nous avons porté tout au long du mandat qui s’achève. L’in­­té­­rêt que suscite le débat muni­­ci­­pal montre une approche humaine plus que tech­­no­­lo­­gique de la part de nos conci­­toyens. Leur demande est forte d’un vrai débat démo­­cra­­tique. Enfin, il est de la respon­­sa­­bi­­lité des élus locaux de se sentir concer­­nés par la lutte contre le projet macro­­niste de réforme des retraites. C’est pourquoi, dés le début du conflit actuel j’ai parti­­cipé à la mobi­­li­­sa­­tion. Je n’ai jamais croisé aucun des élus actuels membres de la majo­­rité. Il faut dire que la liste du maire sortant est compo­­sée avec des membres de La Répu­­blique en Marche. Il faudra s’en souve­­nir au moment du vote.


Guillaume Luczka, RN

Merci

Dans le numéro précé­dent, je m’étais expliqué sur mon départ de la vie poli­­tique. Je n’y reviens pas. Cepen­­dant, je tenais à profi­­ter de ces dernières lignes pour remer­­cier tous les Caro­­lo­­ma­­cé­­riens de ce qu’ils m’ont apporté. 
Merci à mes adver­­saires ! Malgré les diver­­gences nous avons débattu avec viri­­lité mais souvent avec respect. 
Merci aux élec­­teurs ! Ceux que je connais bien mais aussi ceux d’entre vous que je n’ai jamais rencon­­trés. 
Enfin, ceux que je porte plus parti­­cu­­liè­­re­­ment dans mon coeur : les mili­­tants. Merci à vous qui, malgré les attaques, avez conti­­nué le combat poli­­tique ! Ceux avec qui nous avons parcouru des kilo­­mètres dans la ville pour distri­­buer les tracts et coller le affiches. Je n’ou­­blie pas tous ceux qui m’ont aidé dans l’ombre. 
Soyez ici tous remer­­ciés !