Budget

Fiscalité

La Ville de Char­­­­­­­­­le­­­­­­­­­ville-Mézières baisse ses taux d’im­­­­­­­­­po­­­­­­­­­si­­­­­­­­­tion depuis 2014. Confor­­­­­­­­­mé­­­­­­­­­ment aux enga­­­­­­­­­ge­­­­­­­­­ments de la majo­­­­­­­­­rité muni­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­pale, l’objec­­­­­­­­­tif est de réduire globa­­­­­­­­­le­­­­­­­­­ment de 10% les taux commu­­­­­­­­­naux entre 2014 et 2020.

Graphique fiscalité
Graphique fiscalité

Une fiscalité en baisse

Le Conseil Muni­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­pal a adopté, lors de sa séance du 4 avril 2019, une mino­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­tion des impo­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­tions foncières pour la sixième année consé­­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­­tive. Avec cette nouvelle baisse supplé­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­taire de 2,4% des taux commu­­­­­­­­­­naux de taxe foncière (par rapport à 2013, sur le bâti et le non bâti), les contri­­­­­­­­­­buables caro­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­cé­­­­­­­­­­riens se verront appliquer les taux suivants : 

  • Taxe d’ha­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­tion 2019 : 19,65 %
  • Taxe foncière bâti 2019 : 30,21 %
  • Taxe foncière non bâti 2019 : 68,64 % 

Pour 2019, le montant de la fisca­­­­­­­­­­lité directe est estimé à 28 millions d’eu­­­­­­­­­­ros (la taxe foncière sur le bâti en repré­­­­­­­­­­sente 59,7% ; la taxe d’ha­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­tion 39,8% ; la taxe sur le foncier non bâti 0,5%) : 

  • Amoin­­­­­­­­­­dris­­­­­­­­­­se­­­­­­­­­­ment annuel des recettes fiscales atten­­­­­­­­­­dues de l’ordre de 2,6 millions d’eu­­­­­­­­­­ros (par rapport aux taux initiaux de 2013), soit une réduc­­­­­­­­­­tion cumu­­­­­­­­­­lée du produit fiscal de l’ordre de 12,6 millions d’eu­­­­­­­­­­ros entre 2014 et 2020.
  • En portant son taux de taxe d’ha­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­tion à 19,65% en 2017, Char­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­ville-Mézières a retenu un niveau de taxa­­­­­­­­­­tion infé­­­­­­­­­­rieur à la moyenne de 20,88% pour les villes métro­­­­­­­­­­po­­­­­­­­­­li­­­­­­­­­­taines compa­­­­­­­­­­rables (comp­­­­­­­­­­tant entre 40 000 et 60 000 habi­­­­­­­­­­tants). 

Les impôts locaux acquit­­­­­­­­­­tés par les ménages caro­­­­­­­­­­lo­­­­­­­­­­ma­­­­­­­­­­cé­­­­­­­­­­riens consti­­­­­­­­­­tuent une contri­­­­­­­­­­bu­­­­­­­­­­tion au finan­­­­­­­­­­ce­­­­­­­­­­ment des services publics de la Ville, mais aussi de l’Ag­­­­­­­­­­glo­­­­­­­­­­mé­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­tion (Ardenne Métro­­­­­­­­­­pole) et du Dépar­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­ment des Ardennes. Chaque niveau de collec­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­vité vote annuel­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­ment les taux appliqués à la frac­­­­­­­­­­tion de fisca­­­­­­­­­­lité locale lui reve­­­­­­­­­­nant. 

Concer­­­­­­­­­­nant la Taxe d’Ha­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­tion : 

  • Taux Char­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­ville-Mézières : 19,65 %
  • Taux Ardenne Métro­­­­­­­­­­pole : 10,01 % 

Concer­­­­­­­­­­nant la Taxe Foncière (bâti) : 

  • Taux Char­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­ville-Mézières : 30,21 % 
  • Taux Ardenne Métro­­­­­­­­­­pole : 0,49 % 
  • Taxe d’en­­­­­­­­­­lè­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­ment des ordures ména­­­­­­­­­­gères : 10,70 % 
  • Taux dépar­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­tal : non commu­­­­­­­­­­niqué
Logement
Logement

Exonération partielle de taxe foncière pour des travaux d’économie d’énergie

La Ville souhaite encou­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­ger les travaux d’éco­­­­­­­­­­no­­­­­­­­­­mie d’éner­­­­­­­­­­gie et l’amé­­­­­­­­­­lio­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­tion de la perfor­­­­­­­­­­mance éner­­­­­­­­­­gé­­­­­­­­­­tique des loge­­­­­­­­­­ments anciens. Dans cette optique, le Conseil Muni­­­­­­­­­­ci­­­­­­­­­­pal a adopté, lors de sa séance du 12 avril 2018, une exoné­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­tion partielle de la part commu­­­­­­­­­­nale de taxe foncière, à concur­­­­­­­­­­rence de 50% pendant 5 ans

Sont concer­­­­­­­­­­nés les loge­­­­­­­­­­ments ache­­­­­­­­­­vés avant le 1er janvier 1989 et faisant l’objet, par le proprié­­­­­­­­­­taire, de dépenses d’équi­­­­­­­­­­pe­­­­­­­­­­ment éligibles (article 200 quater du code géné­­­­­­­­­­ral des impôts) telles que l’ac­qui­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­tion d’une chau­­­­­­­­­­dière à haute perfor­­­­­­­­­­mance éner­­­­­­­­­­gé­­­­­­­­­­tique, de maté­­­­­­­­­­riaux d’iso­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­tion ther­­­­­­­­­­mique, d’ap­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­reils de régu­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­tion de chauf­­­­­­­­­­fage.

Comment bénéficier de l'éxonération ?

Pour béné­­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­­cier de l’exo­­­­­­­­­­né­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­tion, deux cas de figure sont admis : 

  • 1er cas : le montant des dépenses payées durant l’an­­­­­­­­­­née précé­­­­­­­­­­dente est supé­­­­­­­­­­rieur à 10 000€ par loge­­­­­­­­­­ment (main d’œuvre non comprise). 
  • 2ème cas : le montant des dépenses réglées au cours des trois années précé­­­­­­­­­­dentes est supé­­­­­­­­­­rieur à 15 000 € par loge­­­­­­­­­­ment (main d’œuvre non comprise).

Une fois les travaux payés, il convient d’adres­­­­­­­­­­ser au service des impôts des parti­­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­­liers (SIP), au plus tard le 31 décembre (de l’an­­­­­­­­­­née N pour appli­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­tion en N+1), une décla­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­tion sur papier libre compor­­­­­­­­­­tant tous les éléments d’iden­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­fi­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­tion du bien immo­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­lier, dont la date d’achè­­­­­­­­­­ve­­­­­­­­­­ment de l’ha­­­­­­­­­­bi­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­tion. Cette décla­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­tion doit être accom­­­­­­­­­­pa­­­­­­­­­­gnée des docu­­­­­­­­­­ments justi­­­­­­­­­­fiant la nature des dépenses et leur montant.

Plus d’in­­­­fos : fisca­­­­li­­­­te@­­­­mai­­­­rie-char­­­­le­­­­vil­­­­le­­­­me­­­­zieres.fr