Aujourd'hui : Mardi 24 Avril 2018

Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Stationnement > A partir du 1er janvier 2018, les règles du stationnement payant changent

A partir du 1er janvier 2018, les règles du stationnement payant changent

Une nouvelle loi oblige notre ville à modifier en profondeur toutes les formes de stationnement payant autres que les parkings. Avec pour principale conséquence la disparition du traditionnel PV... mais l'apparition d'un forfait post-stationnement. Mode d'emploi.

 

 

 

La loi est dure, mais c'est la loi... Et elle s'applique à tous. Celle qui nous concerne ici a été adoptée au niveau national en janvier 2014, avec obligation de l'appliquer concrètement le 1er janvier prochain. Concrètement, ça change quoi ? Lorsque vous vous garerez dans une rue payante (en dehors des périodes de gratuité, qui vont demeurer inchangées), vous pourrez choisir entre deux méthodes :

- la première est celle que vous connaissez aujourd'hui. Une fois garé, vous réglez par l'intermédiaire de l'horodateur ou de votre téléphone mobile (système Pay by phone). Sachant que les tarifs actuels ne bougeront pas, pas d'augmentation ;

- la seconde est inédite puisqu'elle s'effectue a posteriori selon un forfait de post-stationnement (FPS) dont le montant sera de 17 €, minoré de la somme qui a déjà été payée dans le cas d’un dépassement de durée. En clair, si la somme correspondant à la totalité de la durée du stationnement n’est pas réglée dès le début ou est insuffisamment réglée, un agent assermenté notifiera à l’usager un avis de contrôle qu’il apposera sur son pare-brise. Un avis de paiement de FPS vous sera alors envoyé ultérieurement par courrier.

A la base, cette réforme affiche pour objectif de transférer aux communes la maîtrise de la politique de stationnement sur leur territoire, jusqu'alors assurée par l'Etat. Le stationnement payant est en effet considéré comme l’un des moyens permettant un partage effectif de l’espace urbain grâce à la rotation des places de stationnement. Partant de l'idée que les conditions locales sont différentes d'une commune à l'autre, en fonction de la taille ou de la configuration du centre-ville, cette loi transfère donc à chaque commune la charge d’instaurer des « sanctions » tarifaires qui lui seront propres et qui peuvent être différenciées, dans une même commune, selon des zones définies par le conseil municipal.

 

© GART

 

De nouvelles places pour stationner

Consciente du fait qu'un changement de cette nature, même imposé par la loi, va certainement déstabiliser une partie des usagers, surtout s'agissant d'une activité aussi fréquente que celle de se garer dans la rue, la municipalité a décidé de maintenir en l'état le plus grand nombre possible de paramètres. Demeurent donc inchangés : - les périodes de gratuité instaurées en début de mandat (90 minutes libres les mercredis et samedis ainsi que les vendredis après-midi) ;

- la gratuité quotidienne entre 12 h et 14 h, ainsi qu'à partir de 18 h 30 le soir et avant 9 h le matin ;

- les tarifs des « heures classiques ». Vous aviez coutume de pouvoir stationner jusqu'à 2 heures d'affilée en zone rouge et 4 heures en zone verte en réglant respectivement 1,20 € et 0,60 € de l'heure, ce sera toujours le cas.

Les nouveaux tarifs apparaissent lorsque vous profitez de la nouvelle (et dernière) heure de stationnement autorisé : à partir de 4 h de stationnement en zone verte et à partir de 2 h de stationnement en zone rouge. L'évolution tarifaire se produit dans cette dernière heure ajoutée, avec un montant allant progressivement de 2,40 € à 17 € lorsque le véhicule stationne pendant toute la période autorisée. Autre nouveauté, de nouvelles places de stationnement de courte durée vont être créées sur les places de livraison. Ces espaces destinés aux livreurs de 6 h à 11 h se transformeront le reste de la journée (de 11 h jusque 6 h le lendemain) en places de stationnement de zone bleue, avec un arrêt limité à 30 minutes. Pour en bénéficier, les usagers devront apposer derrière leur pare-brise un disque européen de stationnement avec l'heure d'arrivée. Le non respect du temps imparti restera passible d'une amende de 35 €.

 

Zones rouge et verte : ça bouge

Dernière facette de cette mini-révolution, l'harmonisation du plan de stationnement et donc la révision des zones rouge ou verte. Il s'agit avant tout de favoriser la rotation des véhicules stationnant dans le centre afin de faciliter l'accès aux commerces ainsi que le stationnement des habitants. Un chiffre pour se convaincre de cette nécessité : en moyenne, chaque jour, une place payante accueille de six à huit voitures différentes, contre seulement une ou deux pour une place gratuite...

Sur le terrain, la nouvelle zone de stationnement payant englobera des secteurs actuellement gratuits tandis que certaines zones vertes deviendront rouges. La transformation se fera progressivement, en plusieurs phases, jusqu'en milieu d'année 2018.

- Phase 1 : extension de la zone rouge aux rues de Clèves et Métezeau, extension de la zone verte à la place d'Arches et la portion d'avenue d'Arches non payante, et passage de la zone verte à rouge des rues de l'Arquebuse et de l'Épargne. - Phase 2 : extension de la zone rouge aux rues de l'Hôpital, d'Aubilly, du Rethelois et du Commandant Fournier. - Phase 3 : extension de la zone rouge au boulevard Gambetta (entre rue Mme de Sévigné et cours Briand), à la rue Madame de Sévigné (entre bd Gambetta et rue de Tivoli), à la la rue de Tivoli et à l'avenue d'Arches entre le pont et l'hôtel de ville. La rue Daux passera de zone verte en zone rouge.

 

Rappel : le stationnement alterné, la règle quand il n'y a pas d'indication

En ville, s’il n’y a pas d’indication contraire, c’est le stationnement alterné qui s’applique dans les conditions de l’article R 417-2 du code de la route. Le stationnement s'effectue de manière semi-mensuelle : du 1er au 15 de chaque mois, le stationnement est autorisé du côté des numéros impairs des immeubles bordant la rue, du 16 au dernier jour du mois, le stationnement est autorisé du côté des numéros pairs. Le changement de côté s'opère le dernier jour de chacune de ces deux périodes entre 20 h 30 et 21 h.

 

Le Piaf, c’est fini...

Il aura rendu de bons et loyaux services, mais le célèbre Piaf va perdre quelques plumes dans l'aventure. Inadapté à la nouvelle réglementation, le petit boîtier jaune va en effet rejoindre le Minitel au paradis des appareils ayant de haute lutte acquis leurs droits à une retraite paisible. Il est d'ores et déjà remplacé par le système de paiement via téléphone portable Pay by phone, dont la souplesse d'utilisation fait merveille.

eZ publish © Inovagora