Aujourd'hui : Samedi 15 Décembre 2018

Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Mieux vivre dans les quartiers > Mieux vivre dans les quartiers

Mieux vivre dans les quartiers

Avec des effectifs comprenant désormais 34 fonctionnaires, contre seulement 19 en 2014, donc avant l'arrivée d'une nouvelle équipe à la mairie, la police municipale a aujourd'hui les moyens de ses ambitions. à commencer par une présence quotidienne dans tous les quartiers de notre ville, sans exception.

 

 

Profiter d'un quartier où il fait bon vivre… on en a tous envie ! Mais il arrive que certains fauteurs de troubles puissent nuire à l'immense majorité des habitants de notre ville qui ont choisi de respecter les lois et les règles de la vie en société. Incivilités, dégradations, menaces, actes de vandalisme et trafics en tous genres, souvent plus fréquents dans les quartiers périphériques qu'en centre-ville, constituent une nuisance quotidienne supportée par ceux qui en sont les victimes. Le problème ne date pas d'hier et les solutions pour le régler non plus. Mais encore faut-il les mettre en œuvre et s'en donner les moyens ! Revue de détails des actions de la ville en la matière.
Conformément aux engagements pris lors des dernières municipales, l'une de ces solutions a été mise en place sans délai : notre ville est aujourd'hui équipée d'un réseau de caméras de vidéoprotection réparties dans chacun de nos quartiers. Et les résultats parlent d'eux-mêmes. Pour le seul mois de septembre, ces caméras ont permis aux policiers municipaux de résoudre sept affaires liées à des trafics de drogue, des dégradations, des coups et blessures...Avec à la clé treize individus interpellés. Pour mémoire, sur la même période, la police municipale a également traité douze autres affaires, cette fois sans avoir recours aux caméras. Des chiffres qui ne prennent pas en compte, durant la même période, les nombreuses utilisations des caméras par la police nationale.

Montée en puissance
Mais cette avancée, aussi utile soit-elle, serait insuffisante sans présence humaine sur le terrain. D'où le deuxième axe d'effort, qui concerne cette fois les effectifs de notre service de police. Là aussi, les chiffres sont éloquents : depuis le changement d'équipe à la tête de la ville, ces effectifs ont quasiment doublé, passant de 19 à 34 fonctionnaires. Une montée en puissance régulière qui permet aujourd'hui à la police municipale de se déployer simultanément sur les différents quartiers de notre ville, ce qui était impossible auparavant.
Conséquence concrète de cette nouvelle donne, nos policiers disposent depuis le 5 novembre d'une permanence située à la mairie annexe de la Ronde Couture, rue des Mésanges. Une permanence occupée quotidiennement par trois policiers, choisis sur la base du volontariat, et dont la mission est claire : assurer une présence régulière dans les différentes rues du quartier, notamment par le biais de patrouilles assurées chaque jour à pied, en voiture ou à VTT.

 

 

Des méthodes qui marchent
"Nous n'avons rien inventé, explique Robert Chauderlot, ancien patron de la police nationale carolomacérienne et actuel adjoint à la sécurité. Nos hommes vont aller au devant de la population, ils vont prendre contact avec les commerçants, les gardiens d'immeuble, les habitants... Ils vont se montrer et se constituer un réseau. Cela s'appelle de l'îlotage et on sait que c'est une excellente méthode pour contrecarrer les agissements de ceux qui voudraient faire la loi, ou plutôt leur loi..." La Ronde Couture, mais également Manchester. "La récente mise à sac de la maison des associations montre deux choses, poursuit Robert Chauderlot. La première, c'est que nous avons affaire à une quinzaine ou une vingtaine d'individus qui pensent que le quartier leur appartient et tentent d'intimider tous ceux qui s'opposent à eux. La seconde, c'est que les efforts que nous déployons ici depuis le début du mandat les gênent au plus haut point. Mauvaise nouvelle pour eux, ce n'est pas fini..." Comme pour la Ronde Couture, les policiers municipaux ont en effet reçu pour instruction de patrouiller régulièrement à Manchester, l'objectif étant d'assurer à chaque fois une présence rassurante de plusieurs heures dans les rues. "En fonction de nos autres impératifs, notamment lors de manifestations importantes qui nécessitent une présence accrue de la police municipale, nous ne pourrons peut-être pas assurer ces patrouilles 365 jours sur 365. Mais ce nouveau dispositif pourra évoluer. Et si nécessaire, nous n'hésiterons pas à le faire monter en puissance. Nous bénéficions du soutien sans nuance du procureur de la République comme de la police nationale et nous allons faire en sorte que tous les Carolomacériens puissent vivre sereinement, où qu'ils habitent."

 

Des médiateurs pour les conflits de la vie quotidienne
La présence régulière de la police municipale constitue le préalable indispensable au maintien de l'ordre dans les différents quartiers de notre ville. Mais d'autres dispositifs sont en train de faire leurs preuves. Exemple avec le service de médiation créé au printemps. Ses quatre membres ont pour mission d'aider à résoudre les conflits de la vie quotidienne : problèmes de voisinage, activités bruyantes, incivilités... En sept mois d'activité, ce service a déjà traité près de 150 dossiers. Avec à chaque fois une solution acceptable par tous et donc des tensions qui cèdent la place à des relations apaisées.

 

 

Des investissements conséquents
Depuis des mois, les Carolomacériens voient s'activer un nombre impressionnant d'engins de chantier, chacun d'eux concrétisant la poursuite de la métamorphose de notre ville : parmi les plus emblématiques, on peut citer le campus universitaire, la création d'un parking de 200 places desservant directement les rues piétonnes, la reconquête de la friche Corvisart, la transformation de la place de l'Hôtel de ville de Mézières, le nouveau stade d'athlétisme, la déconstruction des anciens cinémas du cours Briand et bientôt le lancement des travaux destinés à créer une voie piétons/cyclistes d'une quinzaine de kilomètres le long des berges de Meuse, reliant les différents quartiers de la ville.
Mais cette liste serait plus qu'incomplète si elle laissait de côté les investissements consentis dans le même temps en faveur des secteurs périphériques. Le plus colossal est sans doute aucun le PRU, ou Programme de rénovation urbaine. Avec l'aide financière de l'Europe, de l'état, de la région, du département, de la communauté d'agglomération et des bailleurs sociaux, il a permis de transformer du tout au tout les conditions de vie de milliers de Carolomacériens, faisant disparaître le lourd héritage des barres d'immeubles des années 70 pour les remplacer par des habitations prenant enfin en compte le facteur humain : la Houillère, la Ronde Couture ou Manchester ont fait peau neuve.
D'autres aménagements, initiés directement par la mairie ou Ardenne Métropole, contribuent eux aussi à l'amélioration du quotidien des habitants de ces quartiers, notamment en terme de qualité des services publics : la crèche des Mésanges, le centre social de Manchester, la sécurisation des écoles ou la future piscine de la Ronde Couture, pour ne citer que ces exemples, concrétisent les efforts consentis par la communauté carolomacérienne (y compris du point de vue financier) pour faire en sorte que tous les quartiers bénéficient du renouveau de notre ville. Sans exception...

eZ publish © Inovagora