Aujourd'hui : Lundi 10 Décembre 2018

Vous êtes dans : Accueil > Actualités > La sécurité des Carolomacériens améliorée

La sécurité des Carolomacériens améliorée

2016 sera l'ère du changement pour la police municipale. Dès février, de nouveaux outils numériques à la pointe de la technologie et une réorganisation du service adaptée aux besoins de la population, vont être mis en place.

 

 

 

 

Le centre de supervision urbain opérationnel

La vidéo protection continue son déploiement. Quelques mois après la mise en service des premières caméras, la Ville termine l'installation de son centre de super vision urbain (CSU), un bâtiment entièrement consacré à l'observation, au recueil, au traitement et à l'archivage des images.

Six mois à peine après les premiers coups de pioches, dans les locaux du CSU,les techniciens procèdent aux derniers réglages. "Toutes les images captées via lescaméras installées sur le territoire convergerontvers ce centre névralgique qui vient ainsi remplacerle CSU temporaire aménagé jusqu'à présentdans les locaux de la police municipale"explique Robert Chauderlot, l'adjoint encharge de la sécurité. En plus des 43 prévues,le CSU recevra également les imagesdes caméras qui étaient déjà implantées surdifférents sites (stade Salengro et parkings).

Des images captées en continu

Pour faire fonctionner cet équipement à la pointe de la technologie et ainsi assurer la sécurité des Carolomacériens, quatre opérateurs (recrutés pour les besoins du service) et trois chefs de poste spécialement formés à la manipulation et la législation auront les yeux rivés quotidiennement sur l'imposant mur d'images. Au moyen de caméras très performantes, les opérateurs peuvent faire pivoter l’image et zoomer comme bon leur semble. La précision est telle qu'elle permet de lire une plaque d'immatriculation à plusieurs centaines de mètres. "Si le repérage des comportements anormaux fait évidemment partie des missions principales du CSU, d'autres facettes, comme par exemple la régularisation du trafic routier, entrent également dans ce dispositif. Concrètement cela veut dire une meilleure réactivité pour un événement imprévu" remarque Robert Chauderlot. L'équipement a été conçu pour enregistrer en continu 24 h/24. Quand les plages horaires ne correspondent pas à la présence des opérateurs du CSU, les images arrivent au commissariat de la police nationale de la rue Jean Jaurès où les agents peuvent également suivre un événement exceptionnel. Si un événement n'est pas suivi en direct, les images sont conservées et peuvent être exploitées pendant quinze jours avant de disparaître automatiquement. Pendant ce laps de temps, pour une affaire donnée, sur réquisition judiciaire, un fait précis peut en être extrait et enregistré sur un dispositif numérique.

La vidéo protection en trois questions

  • La vidéo protection pour quoi faire ? La vidéo protection revêt de multiples missions comme celles d'assurer la sécurité des personnes et des biens, protéger les bâtiments publics, réguler le trafic routier, interpeller les délinquants identifiés, résoudre les affaires, dissuader les auteurs de délits, intervenir rapidement en cas de problème...
  • Qui est concerné ? Les espaces privés n'entrent pas dans le champ de la vidéo protection qui concerne uniquement l'espace public. Des panneaux signalent la présence du dispositif dès l'entrée de la ville.
  • Les opérateurs sont-ils des policiers municipaux ? Non. Contrairement aux chefs de poste, les opérateurs du centre de supervision urbain ont été recrutés pour leur grand sens de l'observation mais n'appartiennent pas au cadre d'emploi des agents de la police municipale. Bien évidemment, ils sont tenus au devoir de réserve.

Une police municipale moderne

Que seraient les machines sans les hommes ? Pour répondre aux besoins de la population, la police municipale va connaître une augmentation significative de ses effectifs, de ses moyens et une adaptation de ses horaires.

 

Dix policiers supplémentaires en trois ans

Pour réaliser son travail de prévention des quartiers, les effectifs vont être augmentés de dix éléments en trois ans dont quatre cette année. Cet effort important voulu par Boris Ravignon, bien avant les faits tragiques qui se sont déroulés sur le territoire national, permettra une plus grande réactivité des patrouilles et une présence accrue dans nos quartiers.

Deux brigades de surveillance

Une transformation importante, hormis l’augmentation de l’effectif, consiste en la division en deux brigades de surveillance générale :

  • la première le plus souvent en motos pour la prise en compte des problèmes de circulation et de stationnement renforcée par les ASVP (agents de surveillance de la voie publique) pour le stationnement. Deux motos supplémentaires seront mises à disposition.
  • la seconde en charge principalement de la prévention dans les quartiers par de l’îlotage avec un effectif plus important que la première. Les prises de contact des agents avec les commerçants, les personnels des administrations, des écoles et autres seront systématiques. Dans les quartiers les patrouilles à VTT ou pédestres en fonction des conditions météo, seront privilégiées.Bien sûr en cas de besoin les effectifs pourront être déplacés pour d’autres missions et notamment en cas de nécessité de renfort ou d’évènements repérés sur les caméras.

Une adaptation des horaires

Jusqu’en décembre 2015, les policiers travaillaient en deux équipes se partageant la journée en deux parts égales. Désormais, l’effectif d’après-midi sera plus important.Toujours dans le même but, les policiers finiront plus tardivement et

principalement l’été pour aller jusqu’à minuit les vendredi et samedi. Ce nouveau mode de fonctionnement entrera en vigueur progressivement car il faut recruter et former ces nouveaux policiers. Aussi un peu de patience est nécessaire mais la modernisation de la police municipale pour le bien-être de la population est lancée.

Une réflexion sur l'armement

Faut-il armer nos policiers municipaux ? La question mérite clairement d'être posée et une réflexion est en cours, associant bien sûr les principaux intéressés. Ces derniers estiment majoritairement que ce nouvel équipement pourrait avoir son utilité,compte tenu entre autres de l'aménagement des horaires et des patrouilles qui vont être organisées en soirée ou début de nuit. Les élus carolomacériens discuteront de ce dossier lors d'un prochain conseil municipal.Concrètement, si la décision est prise d'équiper la police municipale, les armes nécessaires seraient prélevées sur un stock inutilisé appartenant à la police nationale. D'autre part, cette dotation serait précédée d'une période de formation dispensée à chacun des agents concernés.

Infos : police municipale
place de l'hôtel de ville
Tél. 03 24 35 58 80

Des caméras individuelles pour les policiers

La police municipale carolomacérienne comme beaucoup d’autres en France, s’équipe de caméras individuelles. en février un des membres de l’équipe en patrouille disposera de ce nouvel outil. Les études réalisées prouvent son efficacité pour désamorcer les situations conflictuelles, et garantir la bonne foi du policier. Avant de la mettre en route, le policier avertira son interlocuteur. en cas de litige les informations contenues pourront être utilisées en procédure.

eZ publish © Inovagora