Aujourd'hui : Jeudi 21 Février 2019

Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Budget 2019 > Budget 2019 : Les impôts baissent, les investissements augmentent

Budget 2019 : Les impôts baissent, les investissements augmentent

Le budget 2019 de la ville vient d’être voté, marqué par deux caractéristiques principales : la poursuite de la baisse des impôts locaux et un programme d'investissements record.

 

 

 

On ne change pas une méthode qui marche ! Comme tous ceux présentés depuis le début du mandat, le budget de l'année 2019 se caractérise par une baisse sensible des impôts locaux : ce sont cette fois les taxes foncières qui passent au rabot, avec une diminution de l'ordre de 2 %. Ce qui représente un effort significatif pour les finances municipales, puisque cette baisse se traduit par un « manque à gagner » d’environ 350 000 euros. Une somme respectable qui va donc rester dans la poche des Carolomacériens, améliorant au passage leur pouvoir d'achat... mais sur laquelle la ville ne pourra pas compter.

 

Des économies...
Pour compenser et continuer malgré tout à investir dans les projets porteurs pour notre ville, une seule méthode : réduire au maximum les charges générales de fonctionnement (exemple : téléphone, éclairage des locaux, etc.). Ce qui n'empêche pas des gestes de générosité envers les plus fragiles : l'aide financière versée au Centre communal d'action sociale se montera à plus de 5,2 millions d'euros, contre 4,9 millions cette année. De la même manière, malgré le non-remplacement de certains départs à la retraite et la baisse de près de 30 % des heures supplémentaires, les dépenses de personnel vont connaître une légère augmentation, entraînée notamment par l'intégration de quelque 180 animateurs périscolaires jusqu'alors précaires ainsi que le renfort de la police municipale et du service de propreté urbaine. A noter également que l'enveloppe dédiée aux associations demeure stable, à plus de 2,45 millions.
Un chiffre global à retenir concernant cette section « fonctionnement » : elle dégagera une épargne brute dépassant les 6 millions...

 

... pour mieux investir
Le résultat de tous ces efforts ? Une capacité à investir qui va donner sa pleine mesure et dont les résultats sont à découvrir sur les pages suivantes : 18,6 millions d'euros vont être engagés dans la refonte de l'esplanade de l'hôtel de ville de Mézières, la réalisation d'une voie piétons/cyclistes en bord de Meuse, l'ouverture d'un parking desservant les rues piétonnes ou la finalisation du campus universitaire, pour ne citer que ces exemples.
« 18,6 millions d'investissements, c'est le record depuis le début du mandat, commente Boris Ravignon. C'est la preuve concrète que notre ville bouge à nouveau et qu'elle a les moyens de ses ambitions. Mais si nous pouvons aujourd'hui nous le permettre, c'est parce que nous avons su nous montrer économes : depuis les dernières élections municipales, le recours annuel moyen à l'emprunt se monte à 4,3 millions contre 11 millions en moyenne entre 2002 et 2013. »

 

> Un parking pour les rues piétonnes

Les efforts constants déployés pour soutenir les commerces de proximité du centre-ville laissent entrevoir un avenir peut-être moins morose qu'on ne pouvait le craindre, surtout pour des activités concurrencées à la fois par les galeries marchandes des grandes surfaces et la croissance régulière des achats effectués en ligne : l'ouverture d'une « locomotive commerciale » comme Orange, ou celle programmée d'H&M, ne sont pas l'effet du hasard. Ces initiatives privées vont être soutenues par un investissement public : la ville va en effet aménager un parking de 200 places, en partie souterrain et desservi par un ascenseur, qui permettra aux usagers d'accéder directement sur les rues piétonnes.

 

> Un hôtel de ville « tout neuf »

Inauguré en 1933 en présence d'Albert Lebrun, alors président de la République, l'hôtel de ville de Mézières n'avait depuis jamais été rénové. Une rénovation actuellement en cours, matérialisée par l'immense échafaudage qui recouvre sa façade, et qui va se poursuivre ce printemps par sa mise en lumière. Entre cette illustre construction qui aura retrouvé toute sa superbe et la place attenante rénovée, le centre de Mézières aura de quoi faire des envieux ! Sachant en outre qu'un autre chantier d'importance va se poursuivre l'an prochain sur la partie « arrière » de l'hôtel de ville : l'aménagement de nouveaux locaux pour le Centre communal d'action sociale, qui va intégrer l'ancien bureau de Poste. A compter de janvier 2020, les bénéficiaires des actions du CCAS trouveront à leur disposition quelque 1 300 m² offrant un confort, une accessibilité et une confidentialité qui font actuellement défaut rue Bayard.

 

 

> Dernière ligne droite pour le campus

Tous les voyants sont au vert ! Malgré la multiplicité des chantiers, avec la construction simultanée d'une maison des étudiants, du pôle formation de la CCI et d'une extension de l'IUT, sans oublier l'aménagement paysager du parc rendu possible par le raccourcissement du boulevard Delautre, le campus universitaire du Moulin Leblanc sera livré comme prévu avant l'été prochain. Ce qui permettra à ses différents utilisateurs de « prendre leurs marques » avant la rentrée de septembre. Alors que les différents corps de métier s'affairent dans les trois nouveaux bâtiments pour procéder aux aménagements intérieurs, les engins de chantier vont entrer en action une dernière fois en début d'année prochaine afin de modeler le parc : près de 300 arbres doivent y être plantés courant avril.

 

 

> La grande métamorphose de Mézières

2019 sera assurément l'année Mézières (ce qui permettra de préparer en toute sérénité les festivités qui entoureront le 500e anniversaire du siège de la ville défendue en 1521 par le chevalier Bayard, nous aurons l'occasion d'en reparler). Au cours des prochains mois, les Macériens vont en effet voir leur patience récompensée en assistant « en direct » à la métamorphose de la place de l'Hôtel de ville, appelée à terme à devenir une vaste esplanade piétonne. C'est la partie la plus proche de la Meuse, au pied du monument aux morts, qui va la première bénéficier de ces travaux prévus pour se poursuivre durant tout le printemps : il va s'agir de créer des gradins orientés vers la Meuse, qui permettront de mettre en valeur la voie piétons/cyclistes empruntant ses berges. La future place sera donc largement ouverte sur un fleuve auquel elle tourne aujourd'hui le dos.

> Les gymnases retrouvent la forme

Après le stade Gailly, devenu en quelques mois de travaux rondement menés le point de rendez-vous obligé de tous les athlètes carolomacériens, deux autres équipements sportifs vont en 2019 bénéficier d'un lifting complet. Du côté du gymnase Mozart, dans la rue du même nom, c'est la toiture qui va être entièrement reprise et recouverte de panneaux photovoltaïques destinés à produire de l'électricité ; des travaux d'huisserie sont également au programme. Le gymnase de l'Europe, à Etion, va pour sa part être totalement réorganisé afin de lui permettre d'accueillir dans les meilleures conditions une salle de musculation, ce qui va passer par une phase de mise aux normes ainsi que des travaux garantissant l'accessibilité aux personnes à mobilité réduite.

Tout pour les piétons et les cyclistes
L'année 2019 va voir notre ville récupérer une partie non négligeable du retard accumulé depuis des décennies en matière d'aménagement pour les cyclistes. Les travaux de création d'une piste d'une quinzaine de kilomètres longeant la Meuse ont débuté fin novembre et se traduiront par la réalisation avant la fin de l'année d'un premier itinéraire piétons/cyclistes autour du Mont Olympe. Ce chantier au long cours se poursuivra pour rejoindre les quartiers situés dans la partie sud de notre ville. Parallèlement, il est prévu d'ouvrir pour l'été prochain le premier tronçon du schéma cyclable destiné cette fois à traverser Charleville-Mézières, mais sans suivre la Meuse. Ce premier tronçon reliera le centre de Mézières au campus universitaire du Moulin Leblanc.

eZ publish © Inovagora