Aujourd'hui : Samedi 18 Novembre 2017

Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Actu Mézières > Grands travaux : Mézières se refait une beauté

Grands travaux : Mézières se refait une beauté

Les travaux de rénovation de la place de l'Hôtel de ville vont débuter. Avec l'aménagement d'une « salle du trésor » à la basilique et la poursuite de la mise en valeur des remparts, Mézières s'apprête à bénéficier d'une cure de jouvence inédite depuis des décennies.

 

 

Charleville et Mézières... D'un côté la cité historique, rassemblée autour de ses imposants remparts, de l'autre la « ville rêvée » créée de toutes pièces par un richissime prince de la Renaissance... Durant une éternité, Mézières et Charleville se sont regardées en chiennes de faïence. Jusqu'au milieu du siècle dernier, précisément en 1966, quand les élus des deux communes, accompagnés par ceux d'étion, Montcy-Saint-Pierre, Le Theux et Mohon, décidèrent de faire fi des querelles de clochers pour créer, par le biais d'une fusion visionnaire, l'actuelle Charleville-Mézières. Cela fait donc un demi-siècle que notre ville est riche de deux centres principaux, deux cœurs qui battent, ou devraient battre, à la même cadence. Mais force est de constater que les principaux investissements consentis par les dernières municipalités carolomacériennes ont concerné essentiellement Charleville... Ce déséquilibre, ressenti avec une certaine amertume par nombre de Macériens, va être en bonne partie compensé par la concrétisation de plusieurs projets d'envergure menés à Mézières. à commencer par la réfection totale de la place de l'hôtel de ville.

Les travaux de la place de l'Hôtel de ville commencent par des fouilles archéologiques

Rendez-vous début 2020

Il faut avouer que cette dernière, constellée de rustines de goudron et saturée par les voitures en stationnement, fait souvent piètre figure... Le 14 septembre, une réunion publique de concertation attirant près de 150 personnes s'est tenue en présence du maire, lequel a dévoilé les grandes lignes du projet avant de répondre aux nombreuses questions venues du public.

Premier point à prendre en compte, ledit projet n'est pas encore bouclé et de nombreux aménagements restent à préciser, en tenant compte des remarques des Carolomacériens. Pour autant, les grands principes autour desquels va s'effectuer la rénovation de la place de l'Hôtel de ville sont désormais connus : en clair, il va s'agir de piétonniser la quasi totalité de la place (donc de supprimer la plupart des emplacements de stationnement et de modifier le plan de circulation) et de l'ouvrir sur la Meuse, aujourd'hui totalement laissée pour compte alors qu'elle se trouve à quelques mètres.

Les fouilles archéologiques préventives seront achevées à la fin de ce mois d'octobre. Suivra alors une période particulièrement active... mais en coulisses, marquée par de nombreuses et indispensables démarches administratives. Sur le terrain, les travaux débuteront en septembre 2018 pour une livraison de la place embellie et réaménagée prévue en janvier 2020.

 

Les archéologues ouvrent le bal

Les archéologues vont se trouver comme souvent en première ligne. Avant l'ouverture effective du chantier, dans un an, ils vont en effet procéder à des fouilles préventives. Concrètement, la cellule archéologique du conseil départemental, chargée de cette partie du dossier, a prévu de sonder huit emplacements : pour une moitié sur la place, pour l'autre en bord de Meuse, près du monument aux morts. Les trous ainsi creusés auront une profondeur de 2,5 mètres et devraient permettre de retrouver les fondations ou les caves de constructions aujourd'hui disparues. En fonction de l'avancement de ces travaux, une partie de la place pourra être temporairement interdite au stationnement.

La place de l'hôtel de villeétant appelée à devenir piétonne, un nouveau plan de circulation est actuellement à l'étude

Circulation, ou comment dévier les flux

Même si l'ensemble du projet n'est pas encore gravé dans le marbre, l'idée de base est de rendre la place piétonne, donc de parvenir à dévier la circulation. Le plan ci-dessous vous donnera une idée générale de la réflexion actuelle. Dans le sens Sud-Nord, ou Mézières-Charleville, les automobilistes seront invités à passer sur l'arrière de l'hôtel de ville pour reprendre l'avenue d'Arches ; dans l'autre sens, les véhicules venant de l'avenue d'Arches emprunteront la rue Monge ou la rue longeant le bâtiment communal pour déboucher vers le pont de pierre. Quant à la place elle-même, devenue piétonne, elle privilégiera les déplacements doux : arrêts de bus à proximité immédiate et point de rencontre de deux pistes cyclables, l'une avenue d'Arches et l'autre en bord de Meuse.

 

Stationnement : de la place pour tous

Actuellement, la place peut permettre à une centaine de véhicules de stationner. à terme, il restera une vingtaine d'emplacements, tous situés côté commerces, le long du « bâtiment communal » face à l’hôtel de ville (ainsi appelé bien qu'il soit totalement privé...). Afin d'éviter de pénaliser les personnes qui ont l'habitude de stationner sur la place, notamment celles qui travaillent dans l'une des nombreuses structures administratives du quartier, l'objectif est de revoir l'ensemble du plan de stationnement du secteur afin de compenser numériquement les quelque 80 emplacements supprimés. Sachant en outre que le parking Picasso, situé juste de l'autre côté de la Meuse (à moins de 10 mn à pied de l’hôtel de ville) mais notoirement sous-exploité, pourra si besoin offrir des solutions de repli.

 

Pour jouer avec la Meuse

L'une des idées maîtresses du projet consiste à ouvrir largement la place sur la Meuse, aujourd'hui cachée et inaccessible. à cet effet, le square situé entre le quai de la Porte Noire et le fleuve va être entièrement remodelé et accueillera à terme des gradins orientés du côté des berges. Des berges qui vont elles aussi bénéficier d'une cure de jouvence dans le cadre de l'aménagement d'une voie réservée aux piétons et cyclistes et reliant tous les quartiers de Charleville-Mézières en suivant les rives du fleuve. La place de l'Hôtel de ville « nouvelle formule » deviendra ainsi un point de confluence et de promenade permettant enfin de tirer parti de la présence, à proximité, du cours d'eau emblématique de notre ville.

Les remparts, un atout touristique dont la mise en valeur de poursuit

Les remparts mis en valeur

Hors de question pour Mézières d'oublier sa riche histoire militaire, encore perpétuée aujourd'hui par la présence du 3e Génie. Depuis plusieurs années, une succession de chantiers a permis de dégager, restaurer et mettre en valeur une grande partie des fortifications macériennes, qu'il s'agisse des tours ou des remparts reliant ces dernières. Le chantier de réfection de la place de l'Hôtel de ville sera l'occasion de franchir une nouvelle étape en mettant au jour les soubassements du rempart qui longent le quai de la Porte Noire, aujourd'hui enterrés.

 

La sacristie de la basilique est en cours de transformation en "salle du trésor"

Un trésor à la basilique

À deux pas de la place de l'Hôtel de ville, la basilique fait déjà l'objet d'un chantier d'importance. Après avoir repris l'ensemble des façades de l'édifice, la ville met actuellement la dernière main à la transformation de la sacristie en « salle du trésor »... Il s'agit d'aménager un lieu sécurisé permettant d'exposer au public quelques-unes des plus remarquables pièces de la collection d'art sacré regroupant quelque 70 œuvres toutes exécutées dans les Ardennes : statues, reliquaires, pièces d'orfèvrerie... Un atout de plus pour Notre-Dame d'Espérance, qui pouvait déjà s'enorgueillir des prestigieux vitraux qui l'illuminent, signés René Dürrbach.

eZ publish © Inovagora